Imprimer
Partage :

Le gestionnaire de projets...

Tous ne sont pas naturellement prédisposés à devenir gestionnaires de projets, mais plusieurs peuvent se découvrir la force et le courage de l’être.

Par Catherine Landreville

« Quelle qualité essentielle doit posséder un gestionnaire de projets en services linguistiques ? » Que répondre à cette question ? En effet, de nombreuses qualités revendiquent la première position. Qui plus est, plusieurs d’entre elles ne s’apprennent tout simplement pas en classe. Il n’y
a pas de formation précise, de cours tout désigné ou encore de curriculum comportemental établi pour façonner le gestionnaire de projets par excellence. Le candidat idéal est celui qui n’a pas peur de se retrousser les manches, qui ne craint pas l’absence de routine et, par-dessus tout, qui est un adepte du système « D » et qui veut apprendre. Acteur pivot mais souvent fantôme, il s’adapte au milieu dans lequel il évolue. Il endosse plusieurs responsabilités à la fois et doit être ponctuel, proactif, attentif et curieux.

... et la ponctualité

Que soit à titre de travailleur autonome, en cabinet privé ou public, ou encore dans un bureau de traduction, le gestionnaire de projets doit être très conscient des délais à respecter. Il doit user de son sens de l’organisation prononcé pour coordonner toutes les étapes, selon les services que requiert le client, et assurer une livraison dans les temps. Un retard en cours de route ou un délai mal estimé qui se soldent par une livraison tardive peuvent avoir des conséquences fâcheuses pour le client s’il manque sa propre date butoir en interne ou auprès de son imprimeur, par exemple. Il sera insatisfait, ce qui risque d’entacher la confiance qu’il avait envers toute l’équipe. Il pourrait donc se tourner vers un autre fournisseur.

... et la proaction

Le gestionnaire de projets débutant devra forcément procéder par essais et erreurs. Son mentor aura beau le préparer du mieux qu’il pourra, il n’en reste pas moins que ce sera à lui de prendre le pouls des traducteurs, réviseurs, correcteurs d’épreuves ou développeurs. Avec le temps, il saura d’office à qui confier quel type de traduction ou encore à qui assigner une demande de traduction venant d’un client donné. Sa capacité à anticiper les besoins des clients et les demandes des fournisseurs fera de lui un meilleur gestionnaire de projets, un allié que tous voudront dans leur camp.

... et l’attention

Pour adapter les services qu’il offre à ses clients et ceux qu’il demande à ses fournisseurs, le gestionnaire de projets doit faire preuve d’attention et d’écoute. S’il s’applique à prendre des notes et à s’ajuster aux besoins de chacun, la tâche deviendra plus facile et agréable. Si par exemple, pour un client donné, le gestionnaire de projets fait toujours appel au même fournisseur et qu’ils bâtissent ensemble une relation dans laquelle le fournisseur sait qu’il est le traducteur de choix pour le client en question, il y a de fortes chances qu’il soit prêt à faire des exceptions pour ce client, par exemple, prioriser ses projets par rapport à d’autres. Dans le même ordre d’idées, le gestionnaire de projets attentif au client pourra lui offrir certains services plus rapidement qu’à l’habitude, car il saura pertinemment que, le temps venu, ce client fera preuve de compréhension et de patience si un projet nécessite un plus long temps d’exécution.

... et la curiosité

Le gestionnaire de projets idéal doit faire preuve de curiosité et manifester une grande soif d’apprendre. Chaque jour, il sera confronté à de nouveaux types de projets, de nouveaux clients, de nouvelles demandes et de nouvelles exigences. Il devra foncer, chercher et tenter de trouver des solutions et des approches novatrices. La liste des tâches qui lui sont attitrées est longue et, la plupart du temps, il doit faire preuve de patience et de diplomatie exemplaires, mais la satisfaction que ressent un gestionnaire de projets accompli à la fin de sa journée est tout ce dont il a besoin pour confirmer sa vocation et le conforter dans la voie qu’il a choisie.

Tous les professionnels des services linguistiques n’aspirent pas à être gestionnaires de projets mais, en raison d’un manque de personnel ou de temps, certains d’entre eux se voient dans l’obligation d’endosser ce rôle. Quoi qu’il en soit, la gestion de projets permet à celles et ceux qui se lancent dans l’aventure d’en apprendre plus sur eux-mêmes et d’évaluer leur capacité à travailler en équipe.

Catherine Landreville est gestionnaire de projets principale chez Locordia, société belge de traduction et de localisation, depuis maintenant sept ans. Elle offre des formations personnalisées aux aspirants professionnels des services linguistiques.


Partage :