• carrousel-fleches
  • des-livres
  • des-mots
  • language-terminal
Édito

Être diplômé en traduction en 2016

Je me souviens de l’année au cours de laquelle j’ai obtenu mon diplôme de bachelier en traduction, 1987… Presque 30 ans! Je me rappelle la joie et la fierté de tenir un diplôme universitaire dans mes mains...

Poursuivre

Circuit

Circuit est le magazine de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec. Publié quatre fois par année, Circuit porte sur la langue, la communication et la traduction. Chaque numéro propose un dossier thématique sur un sujet d’actualité ainsi que plusieurs chroniques et informations pratiques. Circuit traite essentiellement de traduction, d’interprétation et de terminologie, mais aborde également les questions de langue, de linguistique et de communication bilingue et multilingue.

Ses rubriques portent sur les mots des langues de spécialité, les outils d’aide à la traduction, les dictionnaires et autres lexiques et vocabulaires spécialisés. On y recense également les articles les plus intéressants parus dans les publications d’autres associations professionnelles de l’industrie de la langue.

À ce titre, Circuit s’adresse naturellement aux traducteurs, terminologues et interprètes, mais également aux communicateurs, aux spécialistes de la langue et aux autres langagiers.

Circuit a remporté deux fois le prix de la meilleure revue nationale sur la traduction, décerné par la Fédération internationale des traducteurs.

Avis de la rédaction
La rédaction est responsable du choix des textes publiés, mais les opinions exprimées n’engagent que leurs auteurs.

Lire la suite
Dossier

Le statut social du traducteur

Par Pierre Cloutier, traducteur agréé

Qu’entend-on par statut social? La question est simple, mais la réponse ne l’est pas. Bien entendu, de nombreuses études ont été publiées sur le sujet et beaucoup d’autres suivront.

Poursuivre
spacer
L’onction du favoritisme et les attributs d’une profession
Par Jean Delisle, traducteur agréé, MSRC

Bilinguisme et traduction sont les deux chaînes de l’ADN du Canada. Loin d’être un sous-produit du bilinguisme, la traduction en est une manifestation concrète. D’où l’existence au pays d’une florissante industrie de la traduction.

Poursuivre
Vers un meilleur statut pour le traducteur?
Par François Abraham, traducteur agréé

« Que faites-vous dans la vie? » C’est souvent la première question que l’on pose à quelqu’un dont on vient de faire la connaissance.

Poursuivre
Lack of status – are translators the authors of their own misfortune?
By Marielle Godbout, C. Tran. (ATIO)

Work is a central component of an individual’s identity. “What do you do?” is usually the first thing we enquire about when meeting someone new.

Poursuivre
Le(s) statut(s) de la traductrice littéraire : des textes de loi à la vraie vie
Par Madeleine Stratford

Vous avez toujours rêvé de traduction littéraire, croyant qu’il est plus glamour de traduire des romans et des poèmes que des manuels d’instruction? Détrompez-vous.

Poursuivre
Statut du traducteur : Rien n’est jamais acquis
Par Antoine Raimbert, traducteur agréé

Nous, les traducteurs agréés du Québec, avons de la chance. Nous avons un ordre et nous avons un titre. Nous sommes formés dans des universités de classe mondiale.

Poursuivre
Informatisable, délocalisable? Un statut social fragilisé pour le traducteur
Par Marc Lambert, traducteur agréé

Dans notre société, les professions s’ordonnent sur une échelle de valorisation croissante sur les axes du pouvoir, de la rémunération, de la renommée, de l’exclusivité du geste…

Poursuivre
Le panache qui se mérite
Par François Lavallée, traducteur agréé

Je me souviens de ce résumé d’un article devant être publié dans une revue de sciences sociales, et dont je révisais la traduction. L’auteur y parlait en anglais du Jacobinism caractéristique de l’État québécois.

Poursuivre
Un statut social variable
Par Philippe Caignon, traducteur agréé et terminologue agréé

Lorsqu’on demande aux étudiants universitaires de donner leur opinion sur le statut social du traducteur, ils mentionnent d’emblée la mauvaise impression que produisent les « technologies de traduction » grand public chez leurs proches.

Poursuivre
Pour l’engagement sociétal du traducteur
Par James Archibald

Le 1er février 1974, le Code des professions, loi-cadre régissant les professions au Québec et pièce maîtresse du système professionnel québécois, entre en vigueur. L’objectif est la veille et la protection.

Poursuivre