Imprimer
Partage :

Campagne publicitaire 2016 réussie

Par Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

Je me prononce rarement sur les affaires relatives à notre ordre professionnel, mais je ferai une exception pour le présent éditorial. En effet, depuis quelques semaines j’observe les messages publicitaires qui jalonnent, entre autres lieux, le chemin entre mon domicile et mon lieu de travail. Je lis les slogans suivants : « Traducteurs agréés du Québec – Ça se traduit en productivité », « Traducteurs agréés du Québec – Ça se traduit en résultats », « Traducteurs agréés du Québec – Ça se traduit en bénéfices » et « Traducteurs agréés du Québec – Ça se traduit en confiance ».

Bien entendu, le caractère constructif et positif d’un tel discours, affiché et illuminé sur la voie publique par, entre autres structures, des colonnes numériques, des abribus et des panneaux géants suscite toujours en moi la remarque mentale « C’est bien trop vrai! »

Or, je ne savais pas que le message véhiculé par la campagne publicitaire était aussi percutant qu’il l’est. Des étudiants et étudiantes en traduction m’abordent pour me dire que les slogans de l’Ordre les touchent et les sécurisent dans leur choix de profession. Des professeurs des départements d’ingénierie, d’éducation, d’anglais, etc. me font également part de leur perception améliorée de la traduction depuis qu’ils et elles voient les panneaux — en fait, un de ces panneaux est situé devant l’entrée du métro conduisant à mon université, lieu idéal pour recruter de nouveaux membres et pour sensibiliser les futurs entrepreneurs à l’importance de la traduction.

Le compliment qui m’a toutefois le plus touché est venu d’une personne qui m’a approché parce que, justement, elle savait que j’étais traducteur agréé. Il s’agit de la bibliothécaire en chef de mon université, madame Guylaine Beaudry, qui m’a fait part de son appréciation du jeu de mots « Ça se traduit par… », de la qualité de la présentation des affiches et du message positif de la campagne. Je dois avouer qu’une nouvelle fois, je me suis senti très fier d’être traducteur agréé du Québec, surtout que madame Beaudry a fait la remarque devant un bon nombre de personnes.

Par conséquent, je me dois de féliciter l’administration de l’OTTIAQ et toutes les personnes qui ont contribué à la campagne publicitaire. Il s’agit en effet d’une campagne percutante, édifiante et éloquente. Elle touche sa cible. C’est un réel succès. Bravo!


Partage :