Imprimer
Partage :

Le travail des interprètes est-il menacé par le logiciel de discussion vidéo Skype?

Par Sébastien St-François, traducteur agréé

S’il y a un logiciel qui fait beaucoup de bruit depuis un certain temps, c’est bien Skype Translator. Racheté par Microsoft en 2011, le service de téléphonie par Internet vante les multiples prouesses de son logiciel de discussion vidéo : possibilité d’appeler pratiquement tous les utilisateurs de Skype, conversations traduites dans sept langues (français, anglais, allemand, italien, mandarin, portugais, espagnol) pratiquement en temps réel, phrases de l’interlocuteur traduites dans la langue de l’utilisateur, affichage à l’écran de la transcription de l’appel, possibilité d’envoyer des messages instantanés dans plus de 50 langues, de l’arabe au maya yucatèque…

L’outil est maintenant intégré par défaut à Skype, bien que son fonctionnement soit encore loin d’être fluide — de l’aveu même du développeur. Le logiciel repose notamment sur la reconnaissance vocale et la traduction automatique, deux technologies qui ne sont pas encore tout à fait au point.

La question des répercussions de l’évolution de la technologie sur le travail et la reconnaissance professionnelle des langagiers a fait couler beaucoup d’encre et a soulevé des préoccupations chez plus d’un traducteur au fil des décennies. Il suffit de fouiller dans les archives de Circuit pour s’en rendre compte. Le Comité du programme du congrès avait d’ailleurs pris la décision de faire de la technologie le thème du congrès 2015.

Le travail des interprètes est-il à son tour menacé par Skype Translator? Chose certaine, le développeur saura améliorer son logiciel pour y éliminer les pépins et le rendre encore plus « performant ». Évidemment, il s’agit d’un outil destiné à une utilisation « populaire », au même titre que Google Traduction — qui est encore loin d’être assez raffiné pour remplacer un traducteur professionnel. Nous connaissons tous les limites de cet outil accessible à tous. Skype Translator réussira-t-il un jour à saisir les nuances et les intonations dans une conversation? Sera-t-il un jour à tel point efficace qu’il pourra remplacer un interprète professionnel devant un tribunal, par exemple? Plus d’un interprète se pose sûrement ces questions, parmi bien d’autres.

Bien entendu, Skype Translator répondra à un besoin au sein de la population. Remplacera-t-il pour autant l’interprète professionnel un jour? On peut en douter, mais l’arrivée de cette technologie contribuera certainement à nourrir le débat sur la coexistence entre les langagiers professionnels et la technologie en cette ère numérique qui nous force à redéfinir nos façons de faire et de vendre la plus-value de notre travail…


Partage :