Imprimer
Partage :

Aujourd’hui je vois la vie avec les yeux du traducteur

Par Myriam Bougie

Jeux de mots, musique et quelques brins de folie flottaient dans l’air lors des 9e Jeux de la traduction, qui se sont tenus du 7 au 9 mars dernier
à l’Université Laval. Ce rendez-vous annuel rassemblait cette année onze universités canadiennes, représentées par des délégations composées d’au moins sept étudiants (six participants et un bénévole), un professeur-accompagnateur et leur mascotte. Certaines comptaient également d’anciens participants et bénévoles, affectueusement appelés hasbeens et hasbénévoles.

Tous ont accepté de se livrer à cette compétition amicale, en offrant le meilleur d’eux-mêmes dans l’espoir de remporter la coupe et les honneurs. Armés uniquement de crayons, de gommes à effacer, de feuilles de papier et de dictionnaires unilingues, ils se sont affrontés dans de véritables courses de traduction contre la montre.

Dès le samedi matin commençaient les épreuves individuelles (vers le français et l’anglais), suivies des épreuves en équipe (traduction publicitaire, de chansons, avec contraintes, audiovisuelle et historique). Dimanche, c’était l’épreuve de simulation professionnelle en équipe.

En plus de la coupe, chaque équipe convoitait le trophée Gerry-Boulet, décerné à l’équipe qui personnifie le mieux l’esprit des Jeux. Pour le gagner, sont pris en compte la participation des membres de l’équipe aux activités sociales, la qualité des éléments vestimentaires distinctifs, l’originalité du numéro de présentation, les interactions avec les autres équipes, etc.

Maintenant, roulement de tambour… Miguel Bourgault, de l’Université de Montréal, a remporté l’épreuve individuelle vers le français, et Émilie Robertson, de l’Université Concordia, celle vers l’anglais. Aux épreuves en équipe, c’est l’Université Concordia qui a remporté les honneurs et la coupe des Jeux. L’Université Laval a terminé en deuxième place et l’Université du Québec en Outaouais est arrivée troisième. Le trophée Gerry-Boulet a été décerné à la délégation de l’Université de Montréal, qui sera l’hôte, l’an prochain, des 10e Jeux de la traduction.

Un grand merci aux organisateurs et mille fois bravo à tous les participants !

Myriam Bougie est étudiante en traduction.

Photo : Alain Boisvert
Sur-le-vif-2
(Dans le sens des aiguilles d’une montre, en partant de la gauche): Alex Gauthier, Sébastien d'Auteuil, la professeure Christine York, Ugo Ellefsen, Émilie Robertson, Juvéna Harfouche, Marla Kennedy and Myriam Gervais-O'Neil.


Partage :