ottiaq-151
Édito

Prendre soin de soi

Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

La santé physique et psychologique des personnes que l’on côtoie au quotidien, comme les membres de sa famille, les collègues de travail ou les employé∙e∙s des services de transport en commun, reste autant un thème de conversation passionnée abordé en privé qu’un sujet de prédilection analysé dans les médias.

Poursuivre

Au temps pour moi


Le bleu des pervenches a disparu discrètement tandis que s’amorçait la courte vie des trolles jaunes. Ce sont ensuite les corolles ondulées de crème des iris qui se sont ouvertes. Puis les épis roses des astilbes ont bruni pour laisser galamment briller l’hydrangée blanche avant que les roses n’éparpillent leurs pétales à mon passage sous la tonnelle en direction des framboisiers ourlés de rouge que je dispute aux oiseaux. L’orange des capucines s’harmonise avec le jaune des fleurs de concombres. Ainsi s’étalent, sous mes fenêtres, les couleurs du temps qui passe. Bientôt l’hiver, puis bientôt le printemps, et bientôt mes cheveux blancs.

Le temps court à grandes enjambées. Même sur les horloges anglaises où on le force pourtant à marcher sur les mains. Il fuit et c’est normal : nombreux sont ceux qui cherchent à le tuer.

Je ne m’entends pas bien avec le temps, pas plus qu’avec les chiffres, sans doute parce l’un ne va pas sans l’autre. Combinez le tout avec une langue étrangère et c’est catastrophique.

Ainsi, je déconcentre les guichetiers des gares en traçant dans le vide, à la hauteur de nos nez respectifs, les heures et les numéros de trains qui m’arrivent hachurés par l’hygiaphone. En allemand, je commence prudemment sous le nez du client à ma droite pour avoir toute la place voulue parce que les unités viennent avant les dizaines.

La contrepartie de l’exercice, c’est quand on m’interpelle pour me demander l’heure et que c’est à moi de réunir tout le matériel. J’ai donc mis au point quelques stratagèmes.

Même en anglais, les chiffres ne m’arrivent toujours pas aisément malgré de nombreuses années de fréquentation. Alors, si je croise quelque touriste anglophone soucieux du temps, je cache ma montre dans ma manche et présente mes regrets en hiver, tandis qu’en été je brandis l’instrument en libre-service sous les yeux du demandeur. Je suis même prête à m’infliger une clé de bras pour lui faciliter la lecture.

Même chose dans les pays germaniques, que l’on dit assez pointilleux sur l’horaire. Je n’arriverais pas à dire assez vite au travailleur pressé qui me demanderait l’heure à la volée, à 14 h 35, qu’il est fünf nach halb drei soit cinq après la demie de trois.

En Italie, il paraît assez normal de prendre quelque liberté avec l’horaire; aussi, bien que le système soit assez semblable au nôtre, j’arrondis et je réponds toujours l’heure juste ou la demie.

Au Portugal, par contre, c’est l’heure juste qui me pose problème. Je donne donc toujours au moins cinq minutes d’avance à mon interlocuteur. J’emploierais la même astuce si nous avions l’heur de nous rencontrer, disons, à six heures moins vingt-six. J’aurais en effet bien du mal à dire en souriant et en chuintant que são vinte e seis para as seis [saon vinti i séiche para ache séiche] soit, littéralement, vingt et six avant les six.

Avec beaucoup de naïveté ou de prétention, je croyais avoir vu toutes les possibilités quand est arrivée la leçon de catalan. Si un jour je vais en Catalogne, j’y apprendrai sans doute beaucoup sur le rapport au temps, qui n’y est pas réduit à sa plus simple expression, temps s’en faut. Il y a bien un mot catalan pour dire « demie », mais il ne sert pas pour exprimer le temps. On dit plutôt « deux quarts ». L’autre particularité, c’est que dès après le premier quart, on peut inverser la perspective et regarder vers l’avenir. Il reste possible de dire, comme en français, qu’il est « deux heures et quart », mais on dira aussi volontiers qu’il est un quart de tres (un quart de trois). Toujours dans le sens des aiguilles de la montre, alors qu’ici il serait 14 h 20, on dira là-bas un quart i cinc de tres (un quart plus cinq avant trois) ; à 14 h 25, il sera donc dos quarts menys cinc de tres, soit « deux quarts moins cinq avant trois » ; et à 14 h 35, « deux quarts plus cinq avant trois » ! J’envisage l’achat d’un téléphone dit intelligent avec appli horloge parlante.

Bon, le temps file et c’est justement le jour de mon cours. Je vous y invite, mais vous devez me rejoindre quand falten cinc minuts per a tres quarts de tres, c’est-à-dire alors que « manquent cinq minutes aux trois quarts avant trois ». Soyez à l’heure !

Dossier

Apprendre et exercer nos professions en tout confort
Par Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

Dans la foulée du numéro précédent de Circuit, qui portait sur les effets de la COVID-19 sur l’exercice professionnel, nous vous présentons certaines des meilleures pratiques mises en place pour aider les professionnels de la traduction, de la terminologie et de l'interprétation à travailler en tout confort.

Poursuivre
spacer
Apprendre à dicter pour son mieux-être
Par Julián Zapata, traducteur agréé

Au-delà de l’augmentation de notre productivité, la dictée permet, d’après de nombreux témoignages et plusieurs études scientifiques, de se concentrer sur le transfert interlinguistique et de produire des traductions de meilleure qualité. Elle aide également à prévenir des troubles de santé liés au travail de bureau et à se sentir en forme. Elle offre une satisfaction professionnelle accrue et une meilleure qualité de vie aux langagières.

Poursuivre
Transition to remote: A brief overview of the challenges and their potential solutions
By Eloy Rodríguez and Ahmed Saeed

Traditionally, simultaneous interpreting has been performed from either fixed or mobile booths located in the venue where the interpreting assignment is taking place. Booth design is subject to rigorous technical ISO standards that make sure that interpreters work in optimal conditions.

Read more
Toutes différentes, toutes égales? Exceptionnalités et formation en traduction
Par Valérie Florentin, traductrice agréée

Depuis quelque temps, les enseignantes se font demander dans quelle mesure les écoles et départements de traduction font miroiter des impossibilités aux étudiantes qui ont besoin d’accommodements. Est-il possible de devenir traductrice avec un trouble d’apprentissage?

Poursuivre
Sign language interpretation in South Africa: Available accessibility
By Caroline Mangerel, Certified Translator

In December 2013, when South Africa held a state funeral for Nelson Mandela, the entire world was drawn to the televised event. Millions watched as a self-assured man, standing next to illustrious speakers at the event, performed what was generally thought to be sign language interpreting.

Read more