montage image 154
Édito

Des émotions et de la profession

Par Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

Comme tous les êtres humains, ou presque, les langagières et langagiers vivent des émotions complexes au quotidien. Qu’elles soient hautes en couleur ou tout en nuances, harmonieuses ou contradictoires, perceptibles ou insaisissables, les émotions sont bien réelles.

Poursuivre
Chroniques
lectures
À l'ordre du jour
mots
Des livres
03
La esfera hispa´nica
revues
Des revues

Au temps pour moi


Le bleu des pervenches a disparu discrètement tandis que s’amorçait la courte vie des trolles jaunes. Ce sont ensuite les corolles ondulées de crème des iris qui se sont ouvertes. Puis les épis roses des astilbes ont bruni pour laisser galamment briller l’hydrangée blanche avant que les roses n’éparpillent leurs pétales à mon passage sous la tonnelle en direction des framboisiers ourlés de rouge que je dispute aux oiseaux. L’orange des capucines s’harmonise avec le jaune des fleurs de concombres. Ainsi s’étalent, sous mes fenêtres, les couleurs du temps qui passe. Bientôt l’hiver, puis bientôt le printemps, et bientôt mes cheveux blancs.

Le temps court à grandes enjambées. Même sur les horloges anglaises où on le force pourtant à marcher sur les mains. Il fuit et c’est normal : nombreux sont ceux qui cherchent à le tuer.

Je ne m’entends pas bien avec le temps, pas plus qu’avec les chiffres, sans doute parce l’un ne va pas sans l’autre. Combinez le tout avec une langue étrangère et c’est catastrophique.

Ainsi, je déconcentre les guichetiers des gares en traçant dans le vide, à la hauteur de nos nez respectifs, les heures et les numéros de trains qui m’arrivent hachurés par l’hygiaphone. En allemand, je commence prudemment sous le nez du client à ma droite pour avoir toute la place voulue parce que les unités viennent avant les dizaines.

La contrepartie de l’exercice, c’est quand on m’interpelle pour me demander l’heure et que c’est à moi de réunir tout le matériel. J’ai donc mis au point quelques stratagèmes.

Même en anglais, les chiffres ne m’arrivent toujours pas aisément malgré de nombreuses années de fréquentation. Alors, si je croise quelque touriste anglophone soucieux du temps, je cache ma montre dans ma manche et présente mes regrets en hiver, tandis qu’en été je brandis l’instrument en libre-service sous les yeux du demandeur. Je suis même prête à m’infliger une clé de bras pour lui faciliter la lecture.

Même chose dans les pays germaniques, que l’on dit assez pointilleux sur l’horaire. Je n’arriverais pas à dire assez vite au travailleur pressé qui me demanderait l’heure à la volée, à 14 h 35, qu’il est fünf nach halb drei soit cinq après la demie de trois.

En Italie, il paraît assez normal de prendre quelque liberté avec l’horaire; aussi, bien que le système soit assez semblable au nôtre, j’arrondis et je réponds toujours l’heure juste ou la demie.

Au Portugal, par contre, c’est l’heure juste qui me pose problème. Je donne donc toujours au moins cinq minutes d’avance à mon interlocuteur. J’emploierais la même astuce si nous avions l’heur de nous rencontrer, disons, à six heures moins vingt-six. J’aurais en effet bien du mal à dire en souriant et en chuintant que são vinte e seis para as seis [saon vinti i séiche para ache séiche] soit, littéralement, vingt et six avant les six.

Avec beaucoup de naïveté ou de prétention, je croyais avoir vu toutes les possibilités quand est arrivée la leçon de catalan. Si un jour je vais en Catalogne, j’y apprendrai sans doute beaucoup sur le rapport au temps, qui n’y est pas réduit à sa plus simple expression, temps s’en faut. Il y a bien un mot catalan pour dire « demie », mais il ne sert pas pour exprimer le temps. On dit plutôt « deux quarts ». L’autre particularité, c’est que dès après le premier quart, on peut inverser la perspective et regarder vers l’avenir. Il reste possible de dire, comme en français, qu’il est « deux heures et quart », mais on dira aussi volontiers qu’il est un quart de tres (un quart de trois). Toujours dans le sens des aiguilles de la montre, alors qu’ici il serait 14 h 20, on dira là-bas un quart i cinc de tres (un quart plus cinq avant trois) ; à 14 h 25, il sera donc dos quarts menys cinc de tres, soit « deux quarts moins cinq avant trois » ; et à 14 h 35, « deux quarts plus cinq avant trois » ! J’envisage l’achat d’un téléphone dit intelligent avec appli horloge parlante.

Bon, le temps file et c’est justement le jour de mon cours. Je vous y invite, mais vous devez me rejoindre quand falten cinc minuts per a tres quarts de tres, c’est-à-dire alors que « manquent cinq minutes aux trois quarts avant trois ». Soyez à l’heure !

Dossier

Traduire les émotions : mission impossible?
Par Isabelle Lafrenière, traductrice agréée, et Maria Ortiz Takacs, traductrice agréée

En 2020, la pandémie de COVID-19 a été une grande surprise. En quelque mois à peine, nous avons changé notre façon de vivre au quotidien.

Poursuivre
spacer
Translating emotions: The good, the bad and the ugly
By Ann Marie Boulanger, Certified Translator

Translation is not a process that can take place in a vacuum. To translate a text “well,” translators must consider a multitude of factors, including accuracy, idiomaticity, tone, style, context, source and target culture, and audience, all of which talented commercial translators tend to master with skill and aplomb.

Read more
Traduire l’émotion à l’écran
Par Robert Paquin

L’écran au cinéma ou à la télévision nous présente, évidemment, une illusion : illusion de mouvement en y projetant 24 images fixes à la seconde, illusion de réalité alors qu’il ne s’agit en fait que d’une projection lumineuse en deux dimensions, et illusion d’être dans l’action en s’identifiant aux protagonistes...

Poursuivre
L'empathie cognitive : changer de perspective pour mieux traduire
Par Isabelle Lafrenière, traductrice agréée, et Maria Ortiz Takacs, traductrice agréée

La traduction des mots qui nomment certaines émotions peut sembler simple lorsque le contexte est commun à la plupart des êtres humains et que ces émotions sont en théorie comprises par tous.

Poursuivre
Written translation and meeting assistance in criminal cases
By Maria Ortiz Takacs, Certified Translator

In Canadian courts, a person who does not understand either French or English is entitled to the assistance of an interpreter. Pre-trial stages, however, often call for written translation, and given the complexity of legal terminology, defence counsel may ask the translator to be present at the occasional meeting.

Read more
Le bénévolat linguistique, le bonheur de faire du bien
Par Nathalie Thompson, traductrice agréée (STIBC) et Valérie Thirkettle, attachée linguistique chez TWB

La période difficile que nous traversons est l’occasion de réfléchir sur notre place par rapport à notre famille, à nos amis, à nos collègues, à la société et à l’humanité en général.

Poursuivre
La rétroaction, génératrice d’émotions diverses
Par Mélina Lau

Même si on sait que pour apprendre, il faut commettre des erreurs, il n’est pas toujours évident d’accepter une rétroaction. On ignore toutefois souvent que donner cette rétroaction peut être tout aussi difficile.

Poursuivre
How computers (attempt to) translate emotions
By Sebastian Padó, Enrica Troiano and Roman Klinger

Nowadays, machine translation (MT) is at everyone’s fingertips, as services like DeepL or Google Translate make the process seem quick and effortless.

Read more