Image-edition161
Édito

Trois professions au centre des premières civilisations humaines

Par Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

En complément au dossier piloté par notre présidente Betty Cohen, traductrice agréée, et dédié à nos trois professions telles qu’elles sont exercées de nos jours et qu'elles le seront demain, nous allons brièvement nous lancer dans l’exploration du passé pour étudier le rôle central que la pratique de l’interprétation, de la traduction et de la terminologie a pu jouer dans l’élan évolutif des premières civilisations humaines…

Poursuivre

Au temps pour moi


Le bleu des pervenches a disparu discrètement tandis que s’amorçait la courte vie des trolles jaunes. Ce sont ensuite les corolles ondulées de crème des iris qui se sont ouvertes. Puis les épis roses des astilbes ont bruni pour laisser galamment briller l’hydrangée blanche avant que les roses n’éparpillent leurs pétales à mon passage sous la tonnelle en direction des framboisiers ourlés de rouge que je dispute aux oiseaux. L’orange des capucines s’harmonise avec le jaune des fleurs de concombres. Ainsi s’étalent, sous mes fenêtres, les couleurs du temps qui passe. Bientôt l’hiver, puis bientôt le printemps, et bientôt mes cheveux blancs.

Le temps court à grandes enjambées. Même sur les horloges anglaises où on le force pourtant à marcher sur les mains. Il fuit et c’est normal : nombreux sont ceux qui cherchent à le tuer.

Je ne m’entends pas bien avec le temps, pas plus qu’avec les chiffres, sans doute parce l’un ne va pas sans l’autre. Combinez le tout avec une langue étrangère et c’est catastrophique.

Ainsi, je déconcentre les guichetiers des gares en traçant dans le vide, à la hauteur de nos nez respectifs, les heures et les numéros de trains qui m’arrivent hachurés par l’hygiaphone. En allemand, je commence prudemment sous le nez du client à ma droite pour avoir toute la place voulue parce que les unités viennent avant les dizaines.

La contrepartie de l’exercice, c’est quand on m’interpelle pour me demander l’heure et que c’est à moi de réunir tout le matériel. J’ai donc mis au point quelques stratagèmes.

Même en anglais, les chiffres ne m’arrivent toujours pas aisément malgré de nombreuses années de fréquentation. Alors, si je croise quelque touriste anglophone soucieux du temps, je cache ma montre dans ma manche et présente mes regrets en hiver, tandis qu’en été je brandis l’instrument en libre-service sous les yeux du demandeur. Je suis même prête à m’infliger une clé de bras pour lui faciliter la lecture.

Même chose dans les pays germaniques, que l’on dit assez pointilleux sur l’horaire. Je n’arriverais pas à dire assez vite au travailleur pressé qui me demanderait l’heure à la volée, à 14 h 35, qu’il est fünf nach halb drei soit cinq après la demie de trois.

En Italie, il paraît assez normal de prendre quelque liberté avec l’horaire; aussi, bien que le système soit assez semblable au nôtre, j’arrondis et je réponds toujours l’heure juste ou la demie.

Au Portugal, par contre, c’est l’heure juste qui me pose problème. Je donne donc toujours au moins cinq minutes d’avance à mon interlocuteur. J’emploierais la même astuce si nous avions l’heur de nous rencontrer, disons, à six heures moins vingt-six. J’aurais en effet bien du mal à dire en souriant et en chuintant que são vinte e seis para as seis [saon vinti i séiche para ache séiche] soit, littéralement, vingt et six avant les six.

Avec beaucoup de naïveté ou de prétention, je croyais avoir vu toutes les possibilités quand est arrivée la leçon de catalan. Si un jour je vais en Catalogne, j’y apprendrai sans doute beaucoup sur le rapport au temps, qui n’y est pas réduit à sa plus simple expression, temps s’en faut. Il y a bien un mot catalan pour dire « demie », mais il ne sert pas pour exprimer le temps. On dit plutôt « deux quarts ». L’autre particularité, c’est que dès après le premier quart, on peut inverser la perspective et regarder vers l’avenir. Il reste possible de dire, comme en français, qu’il est « deux heures et quart », mais on dira aussi volontiers qu’il est un quart de tres (un quart de trois). Toujours dans le sens des aiguilles de la montre, alors qu’ici il serait 14 h 20, on dira là-bas un quart i cinc de tres (un quart plus cinq avant trois) ; à 14 h 25, il sera donc dos quarts menys cinc de tres, soit « deux quarts moins cinq avant trois » ; et à 14 h 35, « deux quarts plus cinq avant trois » ! J’envisage l’achat d’un téléphone dit intelligent avec appli horloge parlante.

Bon, le temps file et c’est justement le jour de mon cours. Je vous y invite, mais vous devez me rejoindre quand falten cinc minuts per a tres quarts de tres, c’est-à-dire alors que « manquent cinq minutes aux trois quarts avant trois ». Soyez à l’heure !

Dossier
L’IA générative, révolution ou évolution pour les traducteurs?
Par Betty Cohen, traductrice agréée

L’intelligence artificielle générative a fait couler beaucoup d’encre depuis le lancement de ChatGPT4.

Poursuivre
 
From the parrot’s mouth – ChatGPT par lui-même

Quoi de mieux, pour comprendre l’intelligence artificielle générative que d'interroger un logiciel qui utilise cette technologie. Nous avons donc demandé à Chat GPT-4 de nous donner une description simple et imagée de son fonctionnement. Nous n’avons pas été déçus!

Poursuivre
Traduction : Où en sommes-nous? Et où allons-nous?

La technologie est désormais un acquis dans nos métiers. Nous l’utilisons tous à plus ou moins grande échelle, selon nos besoins, convictions, ambitions, et réticences aussi.

Poursuivre
La TAN a toute sa place dans des processus transformés… mais pas toujours!
Propos recueillis par Betty Cohen, traductrice agréée

Les traducteurs indépendants que nous avons interrogés ne se passent plus de la traduction automatique neuronale intégrée à leur outil de mémoire de traduction, et en apprécient les avantages.

Poursuivre
IA générative : le changement est dans la relation client, plus que dans les méthodes
Propos recueillis par Betty Cohen, traductrice agréée

L’intelligence artificielle générative est sur toutes les lèvres depuis le lancement de ChatGPT en novembre 2022.

Poursuivre
Et si on se donnait rendez-vous dans dix ans?
Propos recueillis par Betty Cohen, traductrice agréée

Cette question a laissé nos participants perplexes, comme tout le monde en ce qui concerne l’IA générative puisque les progrès sont très rapides.

Poursuivre
Qu’en dit la relève?
Propos recueillis par Annabelle Briand, traductrice agréée

L’industrie langagière se trouve au cœur d’une évolution technologique constante. Le sujet est d’ailleurs sur toutes les lèvres, en particulier depuis l’arrivée des agents conversationnels utilisant l’intelligence artificielle. La toile foisonne d’articles de professionnels d’expérience qui discutent du sujet. Mais qu’en pense notre relève?

Poursuivre
Le Credo du créneau
Par Carlos del Burgo, traducteur agréé et terminologue agréé

La terminologie vit son lot de métamorphoses. Depuis l’avènement des grandes banques (Termium, BTQ puis GDT, IATE, etc.), on peut affirmer que la terminologie assistée par ordinateur (TERAO) a atteint son régime de croisière, suivie de près par la révision assistée par ordinateur (Antidote et Robert Correcteur).

Poursuivre
Interprétation : de l’analogique au numérique
Par Olivier Lepage, interprète agréé

L’interprétation a été mise à la renverse ces dernières années. Chamboulée. Si on devait émettre un diagnostic, ce serait celui d’un coup du lapin. L’auteur, propriétaire d’un cabinet d’interprétation, examine la question à la lumière de sa propre expérience.

Poursuivre
La position du Bureau de la traduction face à l’intelligence artificielle
Propos recueillis par Betty Cohen, traductrice agréée

Le Bureau de la traduction étant le plus gros employeur du Canada dans nos professions, Circuit a voulu savoir où en était l’utilisation des technologies au sein de ses services et comment on y envisage l’arrivée de l’intelligence artificielle générative.

Poursuivre