Imprimer
Partage :

La confidentialité des données : le défi de l’heure en traduction

Maria Ortiz Takacs, traductrice agréée

En cette ère de nouvelles technologies et de communication sans frontières, la protection de la confidentialité des données en milieu de travail suscite une réflexion sur les mesures que tous les professionnels doivent mettre en place.

À première vue, protéger la confidentialité de l’information que nous recevons comme traductrices et traducteurs ainsi que les données personnelles d’un client ou de son entreprise semble aller de soi. Tout ce qu’il faut, croyons-nous, c’est un système informatique performant muni de logiciels de protection appropriés et quelques actions de notre part afin que ceux-ci soient constamment à jour.

Pourtant, ce n’est pas si simple. Le facteur humain est aussi déterminant qu’un système informatique efficace quand il est question de sécurité, et le contexte dans lequel les personnes exercent leur profession influe également sur le niveau de sécurité à maintenir. En 2016, des pirates informatiques ont volé à l’entreprise Uber les renseignements personnels d’environ 57 millions d’utilisateurs partout dans le monde. En 2017, la compagnie Equifax s’est à son tour fait voler les données de 143 millions de clients dans le cadre d’un piratage massif. On se rappelle par ailleurs le vol de données chez Target et Home Depot. La liste est très longue et les entreprises visées sont des géants dans leur secteur.

Le nombre croissant d’incidents du genre a forcé des organisations du monde entier à prendre des mesures pour les minimiser. Ainsi, plusieurs parlements ont adopté des lois et des règlements à cet effet; l’Union européenne, par exemple, a récemment sanctionné le Règlement général sur la protection des données. De leur côté, les entreprises imposent le plus souvent des politiques de confidentialité à leurs employés. Toutefois, les professionnels indépendants disposent de moins de ressources pour se défendre contre les attaques. En conséquence, face à l’ampleur des menaces et en raison de leurs moyens limités, un sentiment d’impuissance peut facilement les envahir. Ils doivent cependant comprendre que la protection de la confidentialité des données peut être améliorée s’ils prennent quelques précautions.  

Ce numéro de Circuit présente un dossier aussi informatif que pratique. Ainsi, Lise Lapointe, présidente et directrice générale d’une entreprise créant des cours de sensibilisation à la sécurité de l’information, explique comment reconnaître les signaux d’alarme et prendre les mesures nécessaires pour protéger les données.

De son côté, l’ingénieur Dominique Trouche propose des moyens pour que les documents de vos clients restent confidentiels même si vous engagez des traducteurs en sous-traitance.

Pour en savoir plus sur les enjeux légaux liés à la protection des données, Circuit a parlé à Danielle Miller-Oloffson, avocate, experte en droit relatif à la protection de la vie privée, qui donne un aperçu des lois en vigueur au Canada en matière de protection des données confidentielles.

Les professionnels font parfois preuve de laxisme quand il s’agit de prendre les mesures de sécurité nécessaires. L’ingénieur argentin Peter Meierhold, président-directeur général d’une entreprise d’infogérance, examine les causes de ce phénomène.

Pour sa part, François Hébert, formateur et fondateur d’une l’école de perfectionnement en traductique, nous parle de certaines menaces informatiques qui guettent particulièrement les traducteurs dans leur travail quotidien.

Enfin, Tabea De Wille, directrice du Localisation Research Centre de l’Université de Limerick, en Irlande, analyse le rôle de la confidentialité dans le cadre de la traduction participative ou « crowdsourcing » et Robert Morgus, analyste des politiques de la Cybersecurity Initiative, en collaboration avec Jessica Viteri, stagiaire à la Cybersecurity Initiative, s’attelle à la tâche redoutable de définir et de traduire le mot « cyber ».

En complément à ce dossier, la chronique Des mots propose un bref glossaire des expressions les plus utilisées lorsqu’il est question de sécurité de l’information, et la chronique Entretiens met en valeur le parcours professionnel de François Hébert, traducteur et expert en informatique.


Partage :