caroussel139
Édito

Exercer la traduction, l’interprétation et la terminologie pour sauver les langues autochtones de l’extinction

Par Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

Après avoir été utilisées pendant des siècles pour subordonner les peuples autochtones nord-américains à l’autorité politique d’origine européenne dans le cadre de négociations territoriales volontairement opaques, la traduction et l’interprétation peuvent aujourd’hui servir à préserver les langues autochtones.

Poursuivre

TermWiki sous la loupe des experts

Dans L’Actualité langagière vol. 9/4, Myriam Lapierre et Jean Quirion comparent l’ampleur et la valeur des données terminologiques dans TermWiki à celles de deux banques réputées, soit le Grand dictionnaire terminologique (GDT) et TERMIUM Plus®. Pour sa part, Irma Nunan offre une terminologie trilingue du téléphone intelligent. Dans l’article « Splendeurs et misères de la typographie », André Racicot s’attaque aux règles divergentes de l’emploi des majuscules dans les noms de révolutions, de guerres, de périodes historiques, de régimes politiques et de ministères. Dans son Carnet techno, André Guyon vante les mérites de la dictée à l’aide de logiciels de reconnaissance de la parole, bien que cette technologie présente encore quelques ratés qui pourraient, selon lui, être facilement corrigés par d’éventuels experts en la matière. Dans la même veine, AnneMarie Taravella propose, dans son article « L’homme et la machine, duo productif… et positif ? », une approche gagnant-gagnant pour intégrer les outils d’aide à la traduction automatisés dans le processus de travail des langagiers. L. T.

Tout vient à point à qui sait chercher

Le magazine The Linguist vol. 52/4 offre deux articles intéressants pour qui veut parfaire ses méthodes de recherche d’information. Dans le premier, Vanessa Enríquez Raído présente divers modes de requêtes à l’aide des moteurs de recherche pour mener à bien une recherche sur le Web. Dans le second, Tim Cooper signale les  quelques « imperfections » de la base terminologique multilingue de l’Union européenne IATE et donne aux lecteurs divers trucs pour les pallier. L. T.

La solution infonuagique

Dans l’ATA Chronicle vol. 42/7, Arianna Aguilar pèse le pour et le contre de l’adoption de l’informatique en nuage comme ultime solution à l’infâme page bleue et Mathilde Fontanet signe un article étoffé sur la traduction technique. Dans le vol. 42/8, Jennifer De La Cruz propose aux interprètes judiciaires diverses façons d’acquérir la terminologie médicale qu’ils doivent intégrer à leur pratique. Nataly Kelly définit les termes en usage pour décrire les différents intervenants en traduction. George Rimalower révèle les huit étapes cruciales d’un projet de traduction bien mené. Dans le vol. 42/9, Corinne McKay s’adresse aux nouveaux venus en traduction et en interprétation, et présente sous une autre rubrique les atouts recherchés chez un candidat par les dirigeants de cabinets de traduction. Par ailleurs, Carmen Cross donne une vue d’ensemble de la recherche
et des essais cliniques pour les produits pharmaceutiques. L. T.

Coaching pour traducteurs

Dans le numéro de juillet 2013 de Translation Journal (17/3, July 2013), Concepción Mira Rueda présente l’accompagnement professionnel dans le contexte de la traduction et expose les bienfaits que les traducteurs peuvent en retirer, entre autres : « Assist new translators with setting up and developing their business, train professional translators in new computer-assisted translation software, provide tips on time management, networking, marketing and social media. » B. P.

La traduction des jeux de société

La revue JoSTrans « The Journal of Specialised Translation » no 20, juillet 2013, présente un dossier spécial sur la traduction des multimodalités. L’article « Translating Board Games: Multimodality and Play », de Jonathan Evans, retient particulièrement l’attention : « The article analyses the elements of the rules and in-game text in order to show how the multimodal elements of the text are essential to the experience of the game and how they affect the translation process. » En toute logique, on doit s’attendre à ce qu’une partie de jeu de société se joue de la même façon, indépendamment de la langue des joueurs : « Translators need to maintain the function of the rulebook as a guide to playing the game and so allow the same game to be played in the same way in different languages. » L’auteur conclut en disant qu’il serait intéressant d’approfondir la recherche sur le transfert des jeux de société vers d’autres cultures que celle dont ils sont issus. B. P.

Expérience pédagogique en traduction technique

Dans le numéro 6 de la revue internationale d'études en langues modernes appliquées (RIELMA), Renata Georgescu, dans son article intitulé « La traduction spécialisée : défis et méthodes d’enseignement », fait le compte rendu d’une expérience pédagogique visant à intéresser des étudiants à la traduction technique : « […] le présent article, loin de proposer des développements théoriques, tend à mettre en avant la didactique de la discipline concernée […] répondant ainsi aux besoins et aux attentes des enseignants qui s’initient à l’enseignement de la traduction dans cette filière. » Après avoir exposé les différents moyens d’enseignement utilisés, l’auteure nous révèle entre autres que « la triste conclusion qui s’impose est celle que tout le monde connaît déjà : l’assiduité des étudiants n’est pas suffisante pour obtenir de bons résultats aux examens et, d’autant moins, pour faire face aux défis du marché de la traduction ». B. P.

Louise Thériault et Benoit Paré

Dossier

Langues autochtones et professions langagières
Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

Les travaux de la Commission de vérité et réconciliation du Canada ainsi que les témoignages des familles au cours de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées ont mis en avant les nombreux problèmes personnels, familiaux et sociaux que vivent les membres des communautés autochtones du Canada.

Poursuivre
spacer
La traduction à l'ère de la décolonisation
Par Karina Chagnon

La traduction au Canada est le plus souvent conçue et enseignée comme un transfert entre deux « solitudes » culturelles et linguistiques, l’anglaise et la française. Or, la société allochtone prend de plus en plus conscience des mouvements politiques et des pratiques culturelles autochtones.

Poursuivre
Translation as a way to save Indigenous languages
By Marguerite Mackenzie and Julie Brittain

Most Indigenous languages in Canada are in various stages of endangerment, while many others are no longer spoken, so one might wonder why translation is even needed when Indigenous people increasingly speak English or French. But it is the very fact of having arrived at this situation that makes the need for translation, both into and out of the majority languages, all the more urgent.

Read more
Translation of Haida Narratives into English
By Tiffany Templeton

Haida Gwaii, an archipelago on the Northwest coast of British Columbia, has been inhabited for as long as 13,000 years. It was named the Queen Charlotte Islands by British Captain George Dixon in 1787.

Read more
Oser écrire et traduire « ce qui ne se dit pas » : la queerisation comme outil de décolonisation en contexte franco-canadien
Par Kathryn Henderson

Lorsque vient le moment de traduire des textes autochtones abordant des réalités qui échappent au binarisme homme-femme imposé par les colonialismes canadiens et québécois, on prend rapidement conscience que la décolonisation littéraire et politique devra passer par la queerisation de notre langue.

Poursuivre
Meet Akwiratékha’ Martin, translator in Kanien’kéha. Ó:nen’k tsi akwé:kon tenkawennanetáhkwenke’.
An interview by René Lemieux

Akwiratékha’ Martin is Kanien’kehá:ka from Kahnawà:ke who taught at the Kanien’kehá:ka Onkwawén:na Raotitióhkwa Language and Cultural Center from 2002-2016. He is now teaching Kanien’kéha at Kahnawà:ke Survival for grades 7-11.

Read more