caroussel139
Édito

Exercer la traduction, l’interprétation et la terminologie pour sauver les langues autochtones de l’extinction

Par Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

Après avoir été utilisées pendant des siècles pour subordonner les peuples autochtones nord-américains à l’autorité politique d’origine européenne dans le cadre de négociations territoriales volontairement opaques, la traduction et l’interprétation peuvent aujourd’hui servir à préserver les langues autochtones.

Poursuivre

Ça y est !

C’est fait. Circuit a pris le virage technologique.

Betty Cohen

Comme nous le disions dans notre numéro précédent, pour des raisons pratiques, économiques et écologiques, nous avons décidé de faire de notre Circuit un magazine électronique. Et nous avons choisi pour cela une date anniversaire symbole à la fois de dynamisme et de maturité, notre trentenaire.

Étant donné l’événement, nous n’avons pas pu nous réduire à un simple numéro ordinaire. Il nous fallait marquer ce double coup avant d’entamer véritablement le XXIe siècle. C’est pourquoi c’est un numéro double que nous vous proposons cette fois-ci. Double en volume, double en information et, surtout, double en émotion. Double en volume, car nous avons choisi de remonter dans le temps et de retracer l’évolution de notre profession à travers les dossiers de Circuit, et que pour cela il fallait de la place. Double en information, car les extraits que nous avons choisis pour nos lecteurs en disent très long sur nos défis et nos actions. Double en émotion, car ils montrent aussi comment notre profession a su, chaque fois, s’adapter et s’en sortir, comment les visions de certains auteurs étaient justes et, surtout, combien, chaque fois, tout est à remettre sur le métier. Émotion pour les moins jeunes qui y retrouveront avec le sourire un air connu ou un ancien collègue. Émotion – nous l’espérons – pour les plus jeunes qui découvriront là tout le chemin parcouru.

Cependant, virtuel ou non, Circuit reste Circuit. Et nos lecteurs assidus y retrouveront toutes nos chroniques habituelles, à la différence près que Des revues et Des livres sont désormais regroupées sous une seule et même rubrique baptisée Des lectures. Autre léger changement, le Pour commencer que vous êtes en train de lire s’appelle désormais Édito, pour la simple raison qu’il était difficile de commencer à la droite de notre page. Eh oui, le virtuel a ses contraintes.

Que les amoureux du papier ne soient pas chagrinés, cependant, car tous nos articles sont offerts en version imprimable. Certes le format sera différent, mais le contenu restera fidèle. Quant aux habitués des formats électroniques, ils auront le bonheur de pouvoir emporter leur magazine là où ils emporteront leur ordinateur, tablette électronique ou téléphone intelligent, puisque Circuit est désormais un site Web. Vous allez me demander à quand la version compatible pour tablette électronique? Pas si vite les amis, une révolution à la fois!

Nous espérons que ce numéro double vous plaira comme il nous a plu de le concocter pour vous. Circuit reviendra à son calendrier ordinaire dès l’hiver 2014.

Bonne lecture!

Betty Cohen

Dossier

Langues autochtones et professions langagières
Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

Les travaux de la Commission de vérité et réconciliation du Canada ainsi que les témoignages des familles au cours de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées ont mis en avant les nombreux problèmes personnels, familiaux et sociaux que vivent les membres des communautés autochtones du Canada.

Poursuivre
spacer
La traduction à l'ère de la décolonisation
Par Karina Chagnon

La traduction au Canada est le plus souvent conçue et enseignée comme un transfert entre deux « solitudes » culturelles et linguistiques, l’anglaise et la française. Or, la société allochtone prend de plus en plus conscience des mouvements politiques et des pratiques culturelles autochtones.

Poursuivre
Translation as a way to save Indigenous languages
By Marguerite Mackenzie and Julie Brittain

Most Indigenous languages in Canada are in various stages of endangerment, while many others are no longer spoken, so one might wonder why translation is even needed when Indigenous people increasingly speak English or French. But it is the very fact of having arrived at this situation that makes the need for translation, both into and out of the majority languages, all the more urgent.

Read more
Translation of Haida Narratives into English
By Tiffany Templeton

Haida Gwaii, an archipelago on the Northwest coast of British Columbia, has been inhabited for as long as 13,000 years. It was named the Queen Charlotte Islands by British Captain George Dixon in 1787.

Read more
Oser écrire et traduire « ce qui ne se dit pas » : la queerisation comme outil de décolonisation en contexte franco-canadien
Par Kathryn Henderson

Lorsque vient le moment de traduire des textes autochtones abordant des réalités qui échappent au binarisme homme-femme imposé par les colonialismes canadiens et québécois, on prend rapidement conscience que la décolonisation littéraire et politique devra passer par la queerisation de notre langue.

Poursuivre
Meet Akwiratékha’ Martin, translator in Kanien’kéha. Ó:nen’k tsi akwé:kon tenkawennanetáhkwenke’.
An interview by René Lemieux

Akwiratékha’ Martin is Kanien’kehá:ka from Kahnawà:ke who taught at the Kanien’kehá:ka Onkwawén:na Raotitióhkwa Language and Cultural Center from 2002-2016. He is now teaching Kanien’kéha at Kahnawà:ke Survival for grades 7-11.

Read more