Imprimer
Partage :

Assemblée générale 2014 de l’OTTIAQ

Par Sébastien St-François, trad. a.

Le 19 juin dernier, le Conseil d’administration de l’OTTIAQ s’est présenté devant une centaine de membres de l’Ordre réunis pour la traditionnelle assemblée générale annuelle.

Côté finances, l’Ordre a dégagé un excédent de près de 140 000 $ pour 2013-2014 ; il a donc été proposé et résolu de geler (par rapport à 2014-2015) le montant de la cotisation des membres pour l’exercice 2015-2016.

Deux importantes annonces ont été faites pendant la soirée. Dans un premier temps, Linda Caron, trad. a., responsable du Comité de gouvernance et d’éthique, a présenté les grandes lignes d’une nouvelle structure de gouvernance pour l’Ordre, laquelle a été élaborée avec l’aide d’un spécialiste en la matière et a reçu un accueil favorable de la part des hautes instances de l’Office des professions du Québec. Si tout va bien, cette nouvelle structure pourrait être en place d’ici environ 18 mois. En gros, le nombre d’administrateurs passerait de 17 à 11, le Comité exécutif serait aboli (et remplacé par un Comité d’appels dont l’unique mandat serait d’évaluer des demandes de révision de dossiers d’agrément) et le poste de directeur général serait remplacé par un poste de président-directeur général.

Dans un deuxième temps, Mme Diane Mackay (consultante) est venue nous présenter les grandes lignes du plan stratégique 2014-2017. Ce plan, intitulé Agir pour influencer, se veut la suite logique du plan stratégique précédent (Prendre sa place). L’orientation générale de la stratégie organisationnelle 2014-2017 vise à amener l’Ordre et ses membres à user davantage de leur influence auprès des différents acteurs du milieu langagier et auprès du grand public. De même, les membres seront invités à accroître leur influence auprès de leurs clients en mettant en évidence leur titre et en affirmant davantage leur rôle conseil, leurs compétences et les différentes facettes des services professionnels qu’ils offrent. Le plan se décline en trois programmes : « Influencer pour mieux protéger » (protection du public), « Rayonner pour mieux influencer » (rayonnement) et « Mieux gouverner pour mieux influencer » (gouvernance).

Quatre nouvelles personnes font leur entrée au Conseil d’administration : Caroline Gras, trad. a., et François Lauzon, trad. a., (représentant la région de Montréal), Donald Barabé, trad. a., (représentant la région de l’Outaouais) et Andisheh Noroozi, int. a. (représentant des interprètes). Enfin, deux nouveaux administrateurs nommés par l’Office des professions du Québec pour représenter le public se greffent au Conseil d’administration. Il s’agit de Mme Marie-Claire Chaurest et de M. Claude Dutil, MBA.

Pour 2014-2015, le Comité exécutif sera formé de Réal Paquette, trad. a. (président pour la troisième année consécutive), Caroline Morrissette, trad. a. (1re vice-présidente, Affaires professionnelles, pour la deuxième année consécutive), Manon Laganière, trad. a. (2e vice-présidente, Communications, pour la deuxième année consécutive), François Lauzon, trad. a. (trésorier, en remplacement de Suzanne Mondoux, trad. a.) et Claude Dutil (adm. nommé).

Nouveautés

Barbara McClintock, C. Tr. et Isabelle Veilleux, trad. a.

Le contenu des ouvrages recensés ci-après est présenté à titre indicatif seulement. Please note that these books and websites are presented for information purposes only.

Les résumés descriptifs sont tirés du site Web des ouvrages et leur contenu n’a pas été vérifié. The descriptions were taken from the websites concerned and have not been verified.

SITES INTERNET / WEBSITES

A Corporate Lingo Dictionary

Cheesy Corporate Lingo attempts to document how the business world continues to mangle the English language, sapping our time and brain power with lame corporate speak.

Two examples are provided below.

Baked In
(1).  A cooking-inspired term that is used to compare low-cost services that are included in a contract at no extra cost (wink wink), to a Bundt cake.
(2).  Miscellaneous line-items included in a contract to make the client feel good about paying you more than they want to.

“The technology fee and set-up fee are baked in to the contract.  I have no idea what those are but we have to put something in there to justify our fee.”

At the End of the Day
(1).  Another way to say “when all is said and done” or “in the end.”

At the end of the day, what really matters is that I have taken ownership of this project.”

Brain Pickings and now Book Pickings

Brain Pickings, a vast collection of thought-provoking book reviews, videos and ideas. The editors have started a new blog called Book Pickings, a virtual bookshelf of all the books they’ve recommended, along with links back to their original Brain Pickings reviews.

Lexique en ligne

Un nouveau venu dans les pages Web du Bureau de la traduction : le Lexique panlatin sur les biocarburants. Il comporte environ 300 entrées, accompagnées d’équivalents en catalan, espagnol, français, galicien, italien, portugais et roumain. L’anglais y est présent à titre de langue de référence.

Montreal Translators Meetup

This is a networking group for Montreal-area translators, revisers and interpreters. They will have “meetups” at cafés, restaurants and members' homes (potlucks) where they will discuss issues such as language resources, self-promotion, dealing with difficult clients, and even topics like grammar, localization and translation theory. The following tour was organized for members recently: Visite aux Archives nationales du Québec : L'évolution de la langue française et de la traduction depuis le Régime français jusqu’aux « Belles Sœurs ». Une visite et un atelier-conférence présentant quelques ouvrages historiques.

Patrimoine littéraire québécois

L'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) met à notre disposition un nouvel outil : un répertoire en ligne de 150 œuvres québécoises marquantes, publiées entre 1834 et 1950. Et la majorité d’entre elles – romans, contes, poèmes, essais, lettres, etc. – sont elles-mêmes accessibles gratuitement en ligne !

DROIT / LAW

Garner, Bryan A. The Redbook: A Manual on Legal Style, 3rd edition [Spiral-bound], West Academic, 2013, 656 pp. ISBN-10: 0314289011, ISBN-13: 978-0314289018,
Since the first edition was published in 2002, The Redbook has established itself as the most authoritative, comprehensive, and easily usable manual of legal style. Written by Bryan A. Garner, with contributions from all six lawyers at LawProse Inc., The Redbook covers everything that mere citation manuals don’t and can’t: punctuation, capitalization, grammar, prose style, and clarity in general. For this wholly revised third edition, Garner and his team have added five new chapters on e-mails, statutes, research papers, law-review articles, and book reviews. The Redbook is an eminently usable reference book. Written in the style of a restatement, the black-letter rules are followed by exhaustive comments and illustrations.

ÉCONOMIE / ECONOMICS

Jacquillat, Bertrand, Vivien Levy-Garboua. Les 100 mots de la crise de l’euro, Presses universitaires de France, avril 2014, 128 p. ISBN : 978-2-13-062553-7
La crise de l’euro est-elle la suite de la crise financière puis économique survenue en 2007-2008 aux États-Unis ? Déclenchée par les inquiétudes suscitées par un endettement excessif de l’État grec et de certains autres pays du sud de l’Europe, elle a ébranlé le projet européen lui-même. Ses conséquences ne sont pas seulement monétaires, bancaires et économiques, elles sont aussi institutionnelles et politiques. Et l’histoire est loin d’être finie !

Pour mettre à plat les mécanismes qui ont conduit l’Europe à cette situation, cet ouvrage propose de revenir aux mots, ceux de la finance, ceux de la construction européenne, ceux des politiques économiques et des choix institutionnels, afin de présenter enfin clairement les origines de la crise, ses développements et les pistes à suivre pour en sortir.

HOMMAGE / TRIBUTE

Gaudin, François. Au bonheur des mots. Hommage à Alain Rey , Presses universitaires de Rouen et du Havre, mars 2014, 208 p. ISBN : 979-10-240-0089-3.
Ces textes, sérieux ou drôles, mais toujours sincères, dessinent en creux le portrait d'un humaniste souriant dont l'érudition se partage avec bonheur autour d'un bon plat en parlant de bandes dessinées, de poésie et des langues françaises. Sans oublier le malin génie des dictionnaires... On y trouve les talents et la finesse du lexicographe renommé auquel la science des mots donne l'occasion de témoigner de son sens critique et de son amour des langues et des signes. Alain Rey, directeur éditorial aux Dictionnaires Le Robert, philosophe du langage et sémanticien a publié récemment plusieurs recueils de chroniques et autres ouvrages.

LANGUE ANGLAISE / ENGLISH LANGUAGE

Gelderen, Elly van. A History of the English Language, Revised edition, John Benjamins, 2014, 338 pp. ISBN: 9789027212092
The English language in its complex shapes and forms changes fast. This thoroughly revised edition has been refreshed with current examples of changes and has been updated regarding archeological research. Most suggestions brought up by users and reviewers have been incorporated, for instance, a family tree for Germanic languages has been added, Celtic influence is highlighted much more, there is more on the origin of Chancery English, and internal and external changes are discussed in much greater detail. The philosophy of the revised book remains the same with an emphasis on linguistic history and on using authentic texts. This book has a companion website.

LANGUE FRANÇAISE / FRENCH LANGUAGE

Collectif. Le Lexis – le dictionnaire érudit de la langue française, Nouvelle édition, Larousse, avril 2014, 2 128 p. ISBN : 978-2-0358-9475-5.
Riche de 76 000 mots du vocabulaire courant ou spécialisé, mais aussi de la langue classique et littéraire, ce dictionnaire répond aux exigences de tous ceux qui ont à s'exprimer quotidiennement à l'écrit comme à l'oral. Il permet de maîtriser la langue française dans toutes ses nuances, d'en comprendre tous les usages, des textes classiques aux évolutions récentes. C’est un dictionnaire grammatical complet.


Riegel, Martin, Jean-Christophe Pellat et René Rioul. Grammaire méthodique du français, Presses universitaires de France, janvier 2014, 1 152 p. ISBN : 978-2-13-062756-2.
Grammaire globale du français contemporain tel qu’il s’écrit et se parle, la Grammaire méthodique du français accorde une place centrale à la syntaxe et à la morphologie, qu’elle articule avec les autres dimensions de la langue, tant formelles (phonétique, prosodie, ponctuation et orthographe) qu’interprétatives (sémantique et pragmatique). Synthèse de nos connaissances actuelles fondée sur les acquis des recherches linguistiques et de la tradition grammaticale, la Grammaire méthodique du français constitue un outil de consultation et de travail pratique et efficace pour les étudiants et enseignants français et étrangers, mais aussi pour tous les amoureux de la langue française qui désirent en parfaire la maîtrise.

LANGUE INNUE / INNU LANGUAGE

Drapeau, Lynn. Grammaire de la langue innue, Presses de l’Université du Québec, juin 2014, 644 p. ISBN : 978-2-7605-3960-0.
L’innu, une langue « imagée » à la structure simple et aux moyens réduits ? Rien de plus faux ! Cette grammaire de référence de la langue innue, inspirée de la basic linguistic theory ou linguistique empirique, déconstruit ce mythe en répertoriant les faits de langue, en les décrivant, en les expliquant et en les reliant entre eux de manière à en élucider la logique.

LINGUISTIQUE / LINGUISTICS

Oakes, Michael P. Literary Detective Work on the Computer, John Benjamins, 2014, 283 pp. ISBN: 9789027249999
Computational linguistics can be used to uncover mysteries in text which are not always obvious to visual inspection. For example, computer analyses of writing style can show who might be the true author of a text in cases of disputed authorship or suspected plagiarism. The theoretical background to authorship attribution is presented in a step-by-step manner, and comprehensive reviews of the field are given in two specialist areas, the writings of William Shakespeare and his contemporaries, and the various writing styles seen in religious texts. The final chapter looks at the progress computers have made in the deciphering of lost languages.

SCIENCES

Foucault, Alain, Jean-François Raoult, Fabrizio Cecca et Bernard Platevoet. Dictionnaire de Géologie, 8e édition, Dunod, mai 2014, 416 p. ISBN : 978-2-10-059735-2.
La géologie est, avant tout, une science de terrain : observations et prélèvements y sont le matériau de base de toute recherche. Pour en tirer parti, le géologue doit faire appel à beaucoup d'autres disciplines : physique, chimie, biologie, etc. Ce dictionnaire de référence couvre tous les domaines des Sciences de la Terre et de l'environnement. Cette huitième édition comprend plus de 400 illustrations.

Michel, Jean-Pierre, Michael S.N. Carpenter et Rhodes W. Fairbridge. Dictionnaire bilingue des Sciences de la Terre, Anglais-Français, Français-Anglais, 5e édition, Dunod, 2013, 510 p. ISBN : 978-2-10-059291-3
Cette nouvelle édition entièrement révisée réunit les termes scientifiques, techniques et généraux les plus utilisés dans les divers domaines des sciences de la Terre et de l’Univers, notamment la géologie minière et pétrolière, géophysique, géomorphologie, climatologie, océanographie, paléontologie, géochimie… Ce dictionnaire bilingue est enrichi de nouvelles entrées en hydrogéologie, pédologie et autres sciences de l'environnement. Les lecteurs désirant traduire un article ou rédiger un rapport scientifique trouveront de nombreux conseils en introduction d'ouvrage.

TECHNIQUES

Kula, Daniel. Les 101 mots du matériau dans le design à l’usage de tous, Éditions Archibooks, mars 2014, 136 p. ISBN : 978-2-35733-311-6.
La matière a jalonné l'histoire des grandes créations dans l'humanité et a été de manière récurrente au rendez-vous de grands événements. Aujourd'hui, la matière est au centre des enjeux qui occupent les domaines de la création, des sciences et des technologies de pointe. Aux matériaux traditionnels, toujours en usage et en évolution, viennent s'ajouter des myriades de matériaux nouveaux. Alors que la matière se fait de plus en plus rare, c'est paradoxalement une situation d'hyperchoix auquel le créateur doit faire face... s'y ajoute la question d'immatérialité, qui, loin d'effacer la matière, la fait réapparaitre dans un contexte inédit, comme matière porteuse de mémoire, porteuse d'intelligence ou porteuse du vivant.

THÉORIE DE LA TRADUCTION / TRANSLATION THEORY

Mossop, Brian. Revising and Editing for Translators, 3rd Edition, Routledge, 2014, 244 pp., Hardback ISBN: 9781138786714; Paperback: ISBN: 9781909485013
Revising and Editing for Translators provides guidance and learning materials for translation students learning to edit texts written by others, and professional translators wishing to improve their self-revision ability or learning to revise the work of others. Mossop offers in-depth coverage of a wide range of topics, including copyediting, style editing, structural editing, checking for consistency, revising procedures and principles, and translation quality assessment. This third edition provides extended coverage of computer aids for revisers, and of the different degrees of revision suited to different texts. The inclusion of suggested activities and exercises, numerous real-world examples, a proposed grading scheme for editing assignments, and a reference glossary make this an indispensable coursebook for professional translation programmes.

WLF Think Tank, 101 Things a Translator Needs to Know, WLF 101 Publishing, April 10, 2014, 222 pp. ISBN: 9789163754111
This is a book for beginners. It’s also a book for seasoned professionals, students and teachers, freelancers and staff translators, amateurs and experts, generalists and super-specialists — be they certified and sworn, recognized, authorized or simply tantalised by translation’s potential for a varied and enriching career. The authors are all successful translation professionals in fields ranging from highly technical to literary. Here they share insights and tips about what translation involves and how a professional translator needs to think, work and act when dealing with clients and colleagues.

The Ropes

Translating photo captions

Barbara McClintock, C. Tr.

Captions are the concise headlines over the words (cutlines) describing a photograph. Use the present tense and active voice in captions to emphasize the action in progress. However, be careful not to mix the past and present in the same sentence. If the time element is essential, introduce it into another sentence to avoid a jarring effect.

It helps to have the photo in front of you when translating. Name people in the photo from left to right or explain where they are positioned if there are special circumstances. Captions should contain all the necessary articles and conjunctions to form full sentences. It is preferable to avoid writing “is shown doing ...,” “is pictured,” “looks on,” and obvious descriptions such as “smiles,”or “waves.”

In the example below, the captions are in bold.


Photo de groupe des dignitaires. De gauche à droite : Kate Middlemay et William Prince (à genou), Laverne Drapeau et Shirley Lamarche.

Dignitaries pose for a group shot. L to R: Kate Middlemay and William Prince (kneeling), Laverne Drapeau and Shirley Lamarche

Usito, vous connaissez ?

usito

Ce dictionnaire vient tout juste de célébrer son premier anniversaire, mais déjà il se conduit comme un grand et présente un vaste panorama de la langue québécoise telle qu’elle est parlée et écrite actuellement.

Par Isabelle Veilleux, trad. a.

Usito est un nouveau dictionnaire québécois, mais ne le cherchez pas sur les tablettes de votre librairie préférée puisqu’il n’est disponible qu’en ligne, par abonnement. Tout d’abord connu sous le nom de projet Franqus (d’après français québécois et usage standard), Usito a vu le jour à l’Université de Sherbrooke à la fin des années 1990 et été lancé officiellement en mars 2013.

Point de vue de l’utilisatrice

J’aimerais vous présenter Usito non pas comme une spécialiste des dictionnaires, ce que je ne suis pas, mais bien comme utilisatrice. L’ouvrage était déjà en ligne avant sa commercialisation, et j’avais commencé à le consulter de temps en temps. Il m’a rapidement conquise et il occupe maintenant une place de choix dans mon arsenal de langagière. Pourquoi ? Parce qu’il rend compte du français parlé et écrit ici, maintenant, et le site Usito le confirme : « la priorité a d’abord été donnée aux emplois québécois de registre neutre ou soutenu », le « premier objectif étant de décrire le français standard actuellement en usage au Québec ». Il n’est pas question ici d’un dictionnaire qui fait état de notre belle parlure et dresse un portrait d’un Québec rural et agricole. Je trouve extrêmement rafraîchissant de voir sanctionner des usages bien à nous que l’on sait corrects, mais que l’on n’ose parfois pas utiliser parce qu’ils ne figurent pas dans le Robert. Par ailleurs, le fait que le registre neutre et soutenu soit privilégié revêt une grande importance puisque dans le domaine de la traduction, c’est bien sûr l’écrit qui prime.

Chaque article est une véritable mine d’information et est structuré de la façon suivante : I le macrosens, A le mésosens, 1 le sens, puis les sous-sens et les nuances. Sous l’entrée figurent les définitions suivies des antonymes qui leur sont propres. Plus bas, une flèche indique des renvois synonymiques, et une flèche circulaire, les renvois morphologiques. La définition présente en général beaucoup d’usages différents sous forme d’expressions, et les usages typiquement français ou québécois sont indiqués par les lettres UF ou UQ.

Sous l’article à proprement parler se trouvent une partie intitulée Anglicisme(s) critiqué(s), dans laquelle sont présentés les emplois du terme considérés comme des anglicismes critiqués, l’étymologie et, enfin un tableau des formes qui affiche les diverses formes des noms, des adjectifs et des adverbes, de même que les conjugaisons dans le cas des verbes.

La recherche simplifiée

Ce n’est pas tout. On peut aussi chercher directement une expression composée de plusieurs mots. Si on tape « œuf à la coque »,  par exemple, Usito présentera à gauche « coque » et « œuf à la coque », et à droite l’article « coque ». Si on clique sur « œuf à la coque », cette expression se mettra pendant quelques secondes en surbrillance pour qu’on puisse la repérer facilement dans l’article.

capture-usito

Autre exemple, si on cherche « chasse », une liste d’expressions contenant le mot chasse s’affichera à gauche de l’écran ; en cliquant sur l’une d’elles, on est amené à droite, c’est-à-dire dans la partie centrale, à l’entrée qui contient l’expression en question. Pour « chien de chasse », on se retrouverait dans l’entrée « chien ».

Les articles présentent aussi des remarques de toutes sortes sur l’usage (les emplois parfois critiqués comme synonymes non standard, un emploi régional en France, une précision sur l’emploi de la majuscule et bien d’autres) et des renvois vers des articles thématiques. Soulignons aussi que les citations sont en grande partie celles d’auteurs québécois, comme Tremblay, Laberge, Aquin, Soucy, ou sont tirées d’autres sources non littéraires comme Le Devoir ou La Presse.

Et en prime

La richesse des articles thématiques est un autre aspect intéressant du dictionnaire. Dans le coin supérieur droit figurent les mots Listes et Annexes. Sous Annexes, on trouve des articles qui facilitent l’utilisation du dictionnaire (Rubrique étymologique, Tableau des abréviations, etc.). La rubrique Listes, quant à elle, affiche une dizaine de listes – préfixes, suffixes, gentilés et toponymes, proverbes, sigles, etc. C’est là aussi que sont réunis les articles thématiques (86 en tout) auxquels renvoient diverses entrées du dictionnaire – lexiques de belgicismes, d'acadianismes et d'helvétismes, et toutes sortes d’articles sur des sujets aussi variés que le mouvement féministe au Québec, le statut du français, les champignons du Québec, les mots en -oune, la poésie québécoise, et j’en passe.

Je vous invite donc à aller naviguer du côté d’Usito. Vous pourrez le découvrir gratuitement pendant 30 jours, et peut-être aurez-vous la piqûre (UQ fig. et fam. Avoir, attraper la piqûre de, pour qqch : se passionner pour qqch).

Un wiki pour la terminologie en éducation

Par Philippe Caignon, term. a., trad. a.

En éducation, les langagiers exercent diverses professions : traducteurs, terminologues, réviseurs, rédacteurs techniques, interprètes et conseillers linguistiques. Ils travaillent comme indépendants, salariés de l’État ou employés d’une entreprise privée. Malgré les différences qui entourent leur pratique, ils font tous face au même défi : la terminologie qui ne cesse de se transformer.

Un domaine en pleine mutation

img wiki terminologieLa première fois que j’ai entendu le terme MOOC, c’était en 2012. J’assistais à une réunion. Le présentateur expliquait à un groupe de professeurs universitaires les nouvelles tendances qui se dessinaient en enseignement. L’acronyme MOOC, qui renvoyait au syntagme massive open online course, était sur les lèvres de tous les administrateurs universitaires. Les MOOC représentaient un pas vers la démocratisation du savoir… et des revenus accrus ! L’équivalent français définitif n’existait pas encore. Plus tard, on créa le néologisme français cours en ligne ouvert à tous. Après deux ans, le terme est toujours à la mode, du moins jusqu’à la prochaine innovation.

L’exemple précédent ne fait bien entendu référence qu’à la pointe du proverbial iceberg. De multiples théories pédagogiques, méthodes didactiques et outils éducatifs touchant aussi bien les milieux universitaires et cégépiens que primaires et secondaires, en passant par les milieux préscolaires et parascolaires, voient le jour chaque année. Les nombreux congrès nationaux et internationaux témoignent d’ailleurs de la richesse humaine et intellectuelle qui rayonne en enseignement.

Qui plus est, les changements politiques liés à l’éducation créent aussi leur lot de nouvelles notions et appellations. Nous n’avons qu’à penser au ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), créé en 2005, et au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST), fondé en 2012. Ces ministères québécois ont chacun des rôles précis et produisent leur propre terminologie. Cette situation prévaut évidemment au Québec, province d’un pays comptant pas moins de neuf autres provinces, trois territoires et un État fédéral qui légifèrent tous de manière distincte sur l’éducation.

Le temps change les choses

Une telle situation engendre bien sûr des disparités de vocabulaire qui compliquent le travail des professionnels de la langue. En conséquence, elle exige l’union des forces langagières pour lesquelles l’éducation est une passion afin de trouver des solutions aux problèmes linguistiques croissants. Le Réseau des traducteurs et traductrices en éducation (RTE) s’est donc donné comme mission d’aider ses membres en créant une base de données terminologique.

Les premiers travaux terminologiques se déroulaient dans des réunions régionales au cours desquelles quelques membres du RTE réfléchissaient aux façons de résoudre les difficultés présentées par divers concepts. Dans le bon vieux temps, le déplacement des réseaumanes (membres du RTE) étaient payés par les employeurs. Plusieurs crises économiques plus tard, la situation est fort différente, car il n’y a plus d’argent. Cela dit, le travail terminologique doit quand même se faire.

Il faut penser autrement

Afin de pallier la situation, le groupe coordinateur du RTE a décidé d’innover. Ainsi, au mois de mai 2014, EducWiki, le wiki du RTE, a été lancé dans le but d’encourager les réseaumanes à mettre à jour leur terminologie. Les étudiants en terminologie de l’Université Concordia ont contribué à échafauder la structure et la méthode de travail du wiki pour les rendre le plus conviviales possible.

Ainsi, toute personne qui s’intéresse en premier à un problème terminologique peut devenir la marraine d’un terme. Elle crée alors une page wiki dans laquelle elle insère une fiche vierge ou une fiche à réviser. Ensuite, par courriel, elle invite les membres du RTE à réfléchir avec elle sur son terme. Ceux et celles qui sont intéressés lui répondent et reçoivent une invitation pour s’inscrire au wiki – bien entendu, pour être efficace, un groupe ne doit pas renfermer plus de cinq membres.

capture-educwiki

Chaque page comporte son propre groupe de discussion, ce qui diminue de manière considérable le bruit informationnel. Par ailleurs, la fonction de suivi des modifications permet de savoir qui a apporté des changements aux fiches terminologiques, quels changements ont été effectués et quand ils ont été faits. Les membres peuvent également incorporer des liens hypertextes, des illustrations et des vidéos pour expliquer aux autres membres du groupe leur point de vue. S’ils le désirent, ils ont aussi l’occasion d’établir des liens hypertextes entre les fiches du wiki.

Lorsqu’une équipe a terminé sa réflexion sur un terme, elle verse sa fiche dans la base de données du RTE.  C’est une expérience terminologique à suivre…

Philippe Caignon est professeur de terminologie et de traduction au Département d’études françaises de l’université Concordia.


Partage :