Imprimer
Partage :

Par Liane R. Grant, trad. a.

Du 28 au 31 août 2013, plus de 100 traducteurs enthousiastes venus des quatre coins de l’Amérique du Nord et de l’Europe sont débarqués à Québec pour assister au colloque On traduit à Québec, organisé par Anglocom. L’événement est conçu pour les traducteurs qui visent l’excellence et perpétue la tradition des colloques On traduit dans l’Estrie (2012) et Translate in the Catskills (2011).

Pendant les deux jours et demi qui ont suivi, les participants (dont la moitié était de langue française et l’autre, de langue anglaise) ont pu assister à toute une gamme d’ateliers. On pouvait choisir entre le volet anglais-français et le volet français-anglais ou encore participer aux deux. Puisque je traduis souvent en langue B, j’ai profité de l’occasion qui m’était donnée d’apprendre des deux perspectives. Une pléthore de sujets ont été traités : conseils de révision, traduction technique, littéraire, économique et publicitaire. Un atelier a même été consacré à la traduction de cartes de souhaits !

En plus de traducteurs chevronnés comme Grant Hamilton, François Lavallée, Réal Paquette, Marc Lambert et l’auteur invité, Gilles Pellerin (tous du Québec), l’équipe de conférenciers mettait en vedette Chris Durban (France), Ros Schwartz (Angleterre), David Jemielity (Suisse) et Dominique Jonkers (Belgique). Les séances interactives favorisaient la participation et les questions de l’auditoire.

Un des ateliers les plus marquants du colloque fut le « Traduel », au cours duquel l’animateur a procédé à une analyse comparative, phrase par phrase, des créations de deux traducteurs. Dans le volet français-anglais, Durban et Schwartz ont fait preuve d’une grande autodérision pendant que leurs traductions étaient comparées et disséquées. Du côté français, Lavallée et Jonkers se sont gentiment moqués l’un de l’autre pendant la discussion de leurs textes. Il était rassurant pour nous, débutants, de constater qu’aucun traducteur n’est parfait ! C’est l’esprit d’amélioration continue qui nous attire vers ce genre de formation.

Le point culminant du colloque fut la table ronde où chaque conférencier a présenté ses trois principaux conseils de traduction, écrits en gros caractères sur des affiches cartonnées. Certains de ces trésors de sagesse étaient brefs (« Spécialisez-vous ! ») ; d’autres étaient divertissants (« Un traducteur se différencie d’une personne bilingue de la même manière qu’un cardiologue se différencie d’une personne avec un pouls »). Après une autre série de questions, nous sommes partis à contrecœur, nos cartables remplis de notes, nos valises alourdies de livres achetés pendant le colloque et nos calepins griffonnés des adresses courriel de nouveaux amis.

Ce qui m’a vraiment étonnée pendant ce colloque, c’est que de nombreuses entreprises sont à la recherche de traducteurs chevronnés et sont prêtes à rémunérer ces « perles rares » à la hauteur de leur talent. Les traducteurs qui sont prêts à parfaire leurs compétences et à développer une expertise dans quelques domaines dits « de spécialisation » peuvent voir leur potentiel de gains littéralement bondir. La planification va bon train pour l’édition 2014 du colloque et, si vous visez l’excellence en traduction, vous vous devez d’y assister !

 

Who Translated the Civil Code of Québec?

In memory of Kelly Ricard and with deepest gratitude to Clive Meredith and Mary Plaice

“It is my belief that a Code must be written not for the specialist but for the ordinary citizen with as little of the jargon as is compatible with accuracy and precision of language … We do not want the English version to be a mere translation of the French text. Each version must be written in its own style.”1   – Paul-André Crépeau

It’s a “Who done it”!

While researching the mystery surrounding the translation of the Civil Code of Québec, I thought that the cat was out of the bag when I saw the English Report on the 1977 Draft Civil Code featured in the Civil Code Revision Office’s online archives at McGill. You can imagine my surprise when I turned the pages of the virtual books and saw the translators’ names after so many years of wondering who they were! Although their work did not end up as the final legislation, I am convinced that these mostly freelance English translators, together with Clive Meredith and Mary Plaice, made a contribution to the history of translation in Quebec and deserve better recognition. However, the story doesn’t end there. This article first briefly describes the process followed by the Civil Code Revision Office to translate the Draft Code in 1977 and then covers the subsequent translation in 1991 and finally the revisions to the existing CCQ proposed for 2014.

First, some background information is in order. The new Civil Code of Québec was intended to replace the Civil Code of Lower Canada that was enacted in 1865 and entered into force in 1866. After holding wide consultations, the Civil Code Revision Office submitted its report to the Quebec government in 1977, accompanied by two volumes of comments. In particular, the Draft Report provided the basis for the reform of Quebec family law in 1980. Bill 125 to enact the new Code was introduced by Gil Rémillard in the National Assembly in 1990, received Royal Assent in 1991 and came into force as the Civil Code of Québec (CCQ) in 1994.

Paul-André Crépeau and the Civil Code Revision Office

Saskatchewan–born Paul-André Crépeau, Q.C., a McGill civil law professor, was the prime mover at the Civil Code Revision Office driving the reform to bring the old Civil Code into the modern era. The reform began with public consultations on family law, which had changed little since 1866. Since the Civil Code of Lower Canada was so outdated, the family law reforms were passed into law in December 1980 as a priority. The Civil Code reform movement was a huge project that snowballed into around 40 committees. After eight years of consultations, the Civil Code Revision Office was ready to publish a report.

R. Clive Meredith (Clive), who was then a senior translator at the Quebec government’s Ministère des Communications and who had spent many years translating statutes for the Quebec National Assembly, was asked to direct the project, which lasted four years. Clive Meredith was to be in charge of the revision and the freelancers. Mary Plaice, an honorary member of OTTIAQ and past president of its predecessor, the STQ, was working in the Montreal office of the Ministère des Communications at that time. She became Clive’s assistant coordinator. Affectionately dubbed “Mrs. Picky” by team members, she helped Clive with proofreading and final touch-ups. Mary occasionally attended terminology meetings in Clive’s absence and was not shy to voice her opinions about un-English sounding phrases to the surprise of the judge in attendance. On other occasions, to quell dissenting voices, Clive referred to Mary by her academic title, Dr. Plaice. Special thanks to Mary and Clive for this anecdotal information.

Translating the Draft Report

The Civil Code Revision Office consisted of the late Paul-André Crépeau, “M. L’Office,” secretarial staff and research assistants. Under it were 40 committees each entrusted with reforming one particular aspect of Quebec Civil Law, composed of jurists and various specialists. As each committee finished its work, it submitted a report to the Office containing the proposed legislation. Frequently, tables of concordance were added to indicate which articles of the old Code would be amended or deleted. Once these reports were drawn up in French, they were sent for translation. Generally, 2,000 copies were printed of each report and sent to interested individuals and organizations asking for their comments. When comments or criticisms were received, amendments were made, translated and then consolidated into the final report, which was to constitute the new Civil Code after being submitted to Liberal Minister of Justice Gil Rémillard and subsequently tabled in the National Assembly. All the comments received were also translated, but they were written in a more general style with less legalese. The articles of the new Code were of a different style and were generally very short. Each contained one specific rule or principle, expressed in as few words as possible, leaving no room for ambiguity.2

An added difficulty was that the Civil Code is distinct from Common Law and must use different terminology to reflect philosophical differences. In fact, there is a widely held view in the local translation community that the CCQ translators sought to use unusual or antiquated English terms to be different from common law terms in a bijural context.

Paul-André Crépeau, after whom the McGill Centre for Private and Comparative Law is now named, was available for consultations, as well as John E.C. Brierley, a McGill law professor who chaired the Committee on Legal Terminology for the English Draft Report. According to Edmund Coates, Professor Brierley later wrote that the English translation of Bill 125 [the proposed code] was full of errors and inconsistencies, and he had not been involved during the months immediately preceding its enactment.

The mystery: who translated the current version of the CCQ?

It appears that the whole project was handed over to the Ministère de la Justice, which assigned Me Marcel Guy, a former dean of law of the University of Sherbrooke, and perhaps others, with the task of overseeing the final version. According to Archives Canada, Me Guy worked for 25 years on the reform of the CCQ and, from 1977 to 1981, he was a special consultant to the Ministère de la Justice with a view to the adoption
of the new Code by the National Assembly.

After receiving much criticism from jurists, the English version of the proposed legislation provided in the 1977 Report on the Draft Code was substantially retranslated by National Assembly translators (the 1991 translation). Was the criticism fair? One should remember the level of difficulty of translating the Code and all the committee reports and pleasing all the committee members. Moreover, the translations were done without computers, which is difficult for us to imagine today. Mary Plaice remembers that the last versions prepared by all the various translators actually had to be retyped on the same typewriter so that the final text would all look the same for publication purposes. Last but not least, some critics felt that the plain English style of the translation was not appropriate.

Dossier-7--Illustration

Clive Meredith had only accepted the challenge on condition that he be given carte blanche as to English terminology and style, which did not turn out to be the case. His objective had been to ensure that the translation was written in plain and simple English. According to Mary Plaice, Kelly Ricard, a key translator on the 1977 project, was very skilled at plain and clear writing. At the outset, Paul-André Crépeau had expressed the wish that the CCQ would be understandable by the man in the street (see the quote above).

Let’s look at a sample of the different versions:
Source text (identical in 1906 and in 1991)

EAUX

Les fonds inférieurs sont assujettis, envers ceux qui sont plus élevés, à recevoir les eaux qui en découlent naturellement. (…)

1906 translation of the Civil Code of Lower Canada

501. Lands on a lower level are subject towards those on a higher level to receive such waters as flow from the latter naturally and without the agency of man.

Report on the Civil Code (translation by Kelly Ricard)

“Water must be allowed to flow naturally from higher land to lower land.”

Official translation adopted as legislation (1994)

WATERS
Article 979
Lower land is subject to receiving water flowing onto it naturally from higher land.
1991, c. 64, a. 979.

What about the errors in the Civil Code of Québec?

The above example illustrates the fact that style—especially plain language—was often sacrificed in the 1991 translation. Traditionalists who wanted to adhere more closely to the original language of the Civil Code of Lower Canada and the new French version won the day. The irony is that the 1991 version is considered by many Anglophones to be unclear and un-English sounding.

A common error pointed out is the inconsistent use of the terms damage, prejudice and injury in the CCQ. Edmund Coates discusses some of the errors and inconsistencies in the English translation in his article, “The English Voice of the Civil Code of Quebec: An Unfinished History” in the Revue de Barreau:

Unfortunately, the English text of the Code only makes occasional use of the expression “act or omission”, to convey the concept which the French text expresses with the term “fait” (e.g., art. 876, 1151, 3020). At times, the English text confuses this concept of “fait”/ “act or omission” with that of a fault (e.g., art. 1732). More often, the English text just mentions “acts” (e.g., art. 1480, 1514, 1609), while intending to encompass acts and omissions (or the text uses the term “actions”, which is no better, art. 874). The English text even uses “act” in one article and then “act or omission” in the next, intending to refer to the same concept (cf., art. 1461 and 1462).3

Conclusion

In summary, the Civil Code Revision Office submitted its report to the government, which was issued in the form of a draft Civil Code, accompanied by two volumes of comments in 1977. The draft CCQ project was taken over by the Ministère de la Justice and approximately 1,000 articles were added to the code (according to Clive Meredith). Me Marcel Guy, a notary, and perhaps others, were mandated to shepherd the bill through the National Assembly. The 1991 English translation was revised by René Chrétien, a manager at the National Assembly and a member of the Bar. Louise Harel was famously quoted as pointing out that, even if a lawyer was responsible, the translators of the CCQ “did not have training in the law; they had studied literature more than anything else.”4 We can assume that the National Assembly translators did their work en vase clos, in other words, in isolation with no access to or discussion with the drafters. Moreover, they probably worked in a pressure cooker atmosphere in order to enact the legislation at the same time as the French version.

Interestingly, the Montreal Gazette and Globe and Mail newspapers use common law terminology for Quebec even when they should refer to civil code terminology, which reflects the public’s lack of familiarity with the CCQ terms. In fact, a joint Montreal Bar and Chambre des notaires committee has worked for the past 20 years on revising the English version of the CCQ. The project was spearheaded by Casper Bloom who co-wrote an article recently in The Montreal Lawyer magazine. He said that the work has now been completed, and the first amendments to the English version should be made this fall by administrative measures. The Montreal Lawyer article states that an agreement has been reached with the Ministère de la Justice to table corrections of substantive legal discrepancies between the French and the English at the National Assembly for enactment in spring 2014. More than 5,000 modifications have been proposed, which should be interesting (The Montreal Lawyer). Hopefully, the English version will at last be the equal of the French text as it is meant to be, because both versions have force of law.

 

1. Paul-A. Crépeau, Q.C., Civil Code Revision in Québec, 34 La. L. Rev. (1974)
2. This section of the article is based on an unpublished report by R. Clive Meredith, “Pitfalls and Procrastinations, An account of how the Revised Civil Code of the Province of Québec was translated,” 1977.
3. Edmund Coates, La Revue Barreau du Québec, Spring 2011, Vol. 70, p. 58
4. Edmund Coates, La Revue Barreau du Québec, Spring 2011, Vol. 70, p. 52

Prospectus en français ou les tribulations d'un traducteur-lobbyiste

Louis FortierUne réelle bataille a été menée dans les deux dernières années – par l’Association canadienne des juristes-traducteurs appuyée par l’OTTIAQ, le Barreau du Québec et l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec – contre une proposition de l’Autorité des marchés financiers du Québec concernant la traduction des prospectus d’émission de valeurs mobilières. Me Louis Fortier, au front, a mené cette bataille d’un bout à l’autre, jusqu’à la décision récente du gouvernement du Québec. Voici, par le principal intéressé, le récit de cette saga.

par Me Louis Fortier, trad. a.

Adopté en 1983, soit sept ans après la Charte de la langue française, l'article 40.1 de la Loi sur les valeurs mobilières du Québec (art. 40.1 LVMQ) dispose : « Les divers types de prospectus, [...] ainsi que tout document dont l'intégration par renvoi est prévu par règlement sont établis en français ou en français et en anglais. »

Première bataille

Au mois de novembre 2011, l’Association canadienne des juristes-traducteurs (ACJT) apprenait que l'intimidante Autorité des marchés financiers (AMF), sur la recommandation de son comité consultatif juridique (CCJ), songeait à proposer une modification à la réglementation afin de permettre le dépôt de prospectus en anglais accompagnés d'un résumé en français, plutôt que d'une traduction intégrale de l'anglais vers le français, comme le prévoit la LVMQ. L'AMF disait avoir constaté, depuis 2008, une baisse marquée des placements effectués au Québec par des émetteurs de l'extérieur du Québec. Selon elle, cette baisse était essentiellement due aux exigences linguistiques de l'art. 40.1 LVMQ. L'AMF affirmait aussi que, pour la période de 2009 à 2011, une moyenne de 54 % des placements canadiens « excluaient » le Québec. Elle omettait toutefois de mentionner qu'à ce pourcentage en nombre correspondait un autre : le pourcentage en valeur, qui lui n'était que de 8 %. Reprenant ces mêmes chiffres, l'ACJT a pu établir qu'en moyenne 46 % des placements canadiens « incluaient » le Québec, lequel pourcentage correspond à 92 % de la valeur de ces placements.

L'AMF accusait aussi directement les traducteurs juridiques dont les honoraires exorbitants auraient décuplé voire explosé au cours des dernières années. Pourtant, l'ACJT et l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) ont toutes deux constaté l'existence d'une saine concurrence sur le marché de la traduction en général et même de pressions à la baisse sur les prix. Se pourrait-il que certains intermédiaires, et non les traducteurs juridiques, gonflent les prix ?

L'AMF affirmait que, de toute manière, en vertu d'une directive de l'Union européenne, la France appliquait déjà le modèle proposé de résumés.
À cet argument, l'ACJT a répondu qu'au sein de l'Union européenne, la France ne se trouve pas dans la même situation de concurrence linguistique et culturelle que le Québec en Amérique du Nord.

En décembre 2011, insatisfaite des explications du surintendant des marchés de valeurs de l'AMF (aujourd'hui président-directeur général) et du président du CCJ (maintenant surintendant des marchés de valeurs), l'ACJT a écrit au ministre québécois des Finances, Raymond Bachand, pour lui faire par de ses inquiétudes. M. Bachand a confié le dossier au ministre délégué aux Finances, Alain Paquet.

Plusieurs autres organismes et associations ont appuyé l'ACJT dans ses démarches, notamment l’OTTIAQ, l'Association des conseils en gestion linguistique (ACGL), l'Association des travailleurs autonomes et des micro-entreprises en services linguistiques (ATAMESL), l’Association de l'industrie de la langue (AILIA) et le Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC).

Pour Madame ou Monsieur Tout-le-Monde, la langue des prospectus est un sujet abstrait peu susceptible de susciter la mobilisation. Personne
ne descend dans la rue pour réclamer des prospectus en français. La faible couverture de ce sujet par les médias écrits et électroniques en décembre 2011 a vite été enterrée par les réactions épidermiques à l'ahurissante nouvelle de la nomination d'un entraîneur unilingue anglophone chez les Canadiens de Montréal...

Dès le 24 janvier 2012 pourtant, le ministre délégué aux Finances écrivait à l'ACJT que « le gouvernement du Québec n’a pas l’intention de modifier les exigences linguistiques concernant le prospectus. Il est clair pour nous que les investisseurs québécois doivent avoir accès, en français, à l’information que les entreprises qui font un appel public à l’épargne au Québec doivent produire. »

Le 7 mars 2012, une rencontre a eu lieu à Montréal entre, d'une part, le ministre délégué aux Finances et des membres du personnel de son cabinet et, d'autre part, des représentants de l'OTTIAQ, du Barreau du Québec et de l'Ordre des comptables agrées du Québec ainsi que le président de l'ACJT. Cette rencontre visait à souligner au ministre délégué aux Finances l'importance de la protection du public et à l'informer des activités de l'industrie langagière à Montréal et au Québec. Elle devait être suivie d'une réunion entre les mêmes participants et des représentants de l'AMF ainsi que des courtiers en valeurs mobilières, ce qui n’a jamais eu lieu en raison des événements du printemps puis d'élections provinciales aboutissant à un changement de gouvernement.

Deuxième bataille

Au printemps 2013, l'ACJT s'est aperçue que, dans le cadre des audiences publiques sur le projet de loi 14 visant à renforcer la Charte de la langue française, le président et un conseiller stratégique d'un cabinet d'avocats national avaient déposé un mémoire et présenté un exposé devant la Commission de la culture et de l'éducation de l'Assemblée nationale du Québec, non pas pour commenter la loi en vigueur ou le projet de loi, mais bien pour demander ni plus ni moins que l'abrogation de l'art. 40.1 LVMQ. Tout à coup, la lettre obtenue à l'hiver 2012 ne valait plus le papier sur lequel elle était imprimée. Il fallait reprendre toutes les démarches. Cette deuxième bataille s'est toutefois révélée plus ardue que la première.

L'ACJT a vite réagi. Contrairement à ses adversaires, afin de rencontrer des titulaires de charge publique, son président s'est inscrit comme lobbyiste-conseil en vertu de la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme (Québec). Accompagné de l'historien Pascal Cyr, Ph. D., il a rencontré des membres du personnel des cabinets du ministre des Finances, de la ministre responsable de la Charte de la langue française et du Conseil du Trésor. Il a élaboré un argumentaire, des tactiques et des stratégies puis écrit à de nombreux autres titulaires de charge publique. Il a alerté ses alliés de la première bataille et en a contacté de nouveaux.

Cependant, devant les étonnantes hésitations et tergiversations de certains titulaires de charge, l'ACJT a décidé d'écrire au ministre québécois des Finances, Nicolas Marceau, le 7 juin 2013, pour lui exprimer ses craintes « qu'un tel précédent soit préjudiciable :

1)    au statut du français au Québec ;
2)    à la protection des droits linguistiques des épargnants francophones du Québec ;
3)    au respect de la Charte de la langue française ;
4)    au dynamisme, au rayonnement et à l'énorme potentiel de l'industrie de la langue au Québec et au Canada, laquelle industrie est concentrée
à Montréal. »

L'ACJT a été par ailleurs catégorique : « Ni les faits ni les chiffres invoqués [...] ne permettent d'établir un lien de causalité entre les exigences de traduction vers le français et la baisse des placements au Québec. » Elle a demandé au ministre « de se prononcer clairement, publiquement et par écrit ».

Des mois plus tard, n'ayant toujours pas eu de réponse de sa part, elle s'est adressée à la ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, le 11 octobre 2013, lui faisant part des mêmes préoccupations et informations. Mentionnons qu’entretemps, l'ACJT a reçu une lettre de l'Autorité des marchés financiers de France affirmant que dans ce pays, « le français reste la règle », ce qui contredit les prétentions de l'AMF et d'autres intervenants à cet égard.

Le 6 novembre 2013, la ministre a répondu : « Le dynamisme et la compétitivité du secteur financier québécois sont tributaires de nombreux facteurs. Les exigences linguistiques posées par l’art. 40.1 de la Loi sur les valeurs mobilières du Québec comptent au nombre de ceux-ci, mais je ne crois pas qu’il faille leur attribuer tous les effets néfastes que certains leur prêtent. » Elle ajoutait que « cette disposition qui vise à accorder une meilleure protection aux investisseurs du Québec en faisant en sorte qu’ils disposent, en français, de l’information qui doit être rendue disponible lors d’un appel public à l’épargne au Québec, conserve toute sa pertinence ». La couverture par les médias écrits et électronique a été généralement favorable à la position de l'ACJT.

Enfin, le 3 décembre 2013, l'ACJT a publié un communiqué de presse pour annoncer la décision de la ministre, remercier ses alliés et inviter les autres intervenants à collaborer pour chercher et trouver, ensemble, des solutions.

Troisième bataille

La troisième bataille s'annonce déjà. Malgré l'arrêt rendu par la Cour suprême en décembre 2012, le gouvernement fédéral relance son projet visant la création d'un organisme de coopération en matière de valeurs mobilières. Cette bataille concernera beaucoup d'intervenants des autres provinces et territoires.

S'il est évident qu'en vertu de la Loi sur les langues officielles du Canada, le nouvel organisme sera bilingue, qu'en sera-t-il des prospectus et autres documents d'information continue destinés aux épargnants canadiens ? Seront-ils bilingues comme les boîtes de céréales ?

Les parties intéressées devront faire preuve d'imagination pour trouver des solutions acceptables pour tous, par exemple : subventions ou crédits d'impôt à la traduction de la part des gouvernements, documents uniformisés bilingues et plus courts, etc.

Il est primordial que le gouvernement empêche des intervenants de porter indûment atteinte à l’ensemble de l’industrie langagière du Québec,
un atout indispensable qui permettra aux entreprises québécoises et canadiennes de mieux évoluer dans le contexte de postmondialisation du XXIsiècle.

Il convient ici de reprendre un extrait du discours d'ouverture que le Secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, a prononcé au premier Forum mondial de la langue française, tenu à Québec le 2 juillet 2012 :

« Car nous ne pouvons pas, tout à la fois, dénoncer les dérives de l'économie et de la finance mondialisée et accepter, dans le même temps, de nous en remettre à une langue unique de l'économie et de la finance.
Nous ne pouvons pas, tout à la fois, dénoncer les menaces croissantes de standardisation culturelle et accepter, dans le même temps, de manger les mêmes mets, de chanter les mêmes chansons, de voir les mêmes films, de suivre la même mode vestimentaire, sur tous les continents.
Nous ne pouvons pas dénoncer le manque de démocratie dans les organisations internationales et accepter, dans le même temps, de s'informer, de travailler, de négocier, dans une langue unique, que certains maîtriseront toujours mieux que d'autres.
[...] nous refusons la ségrégation linguistique et le darwinisme culturel.
[...] nous ne sommes pas prêts, non plus, à confier à un “globish” conceptuellement atrophié le soin d'exprimer toute la complexité et la diversité de la pensée en quelque 1500 mots.
Nous devons être des indignés linguistiques !
[...] nous pensons que le temps presse et que nous devons avoir, dès maintenant, l'ambition de tout dire sur tout, en français, sous peine que la langue française, un jour, ne dise plus rien sur rien. »

Que dire de plus ?

Louis Fortier est traducteur agréé et avocat, associé de Louis Fortier et associés, Traduction juridique, et président et lobbyiste-conseil de l'Association canadienne des juristes-traducteurs (ACJT). Tous les documents relatifs à ce dossier se trouvent sur le site Web de l'ACJT.

Structure et poussées d’adrénaline

Dossier-6-Photo-HMontréal compte plusieurs cabinets d’avocats dont les services linguistiques sont importants grâce, notamment, aux lois exigeant le dépôt des documents d’émission en français au Québec. Les structures sont certainement très différentes, mais le travail et la pression sont les mêmes partout.

par Hélène Barette

Quand on me demande ce qui caractérise la vie au sein d’un service de traduction en cabinet d’avocats, les premiers mots qui me viennent à l’esprit sont « poussées d’adrénaline » et « absence de prévisibilité ». La structure vient en tempérer les effets.

Des structures différentes

Chaque service a en effet une organisation qui lui est propre et qui traduit la vision et la personnalité de son chef. Celui-ci, selon les cabinets, cumulera ou non des fonctions administratives, notamment la préparation des budgets, les achats de matériel, la préparation des formations, la facturation, les questions de ressources humaines touchant son groupe, les évaluations, et des fonctions de traducteur ou de réviseur.

Dans la majorité des services, le travail se déroule de la façon suivante : les traducteurs préparent la traduction et les réviseurs, très souvent des avocats, en vérifient l’exactitude grammaticale, orthographique et juridique. Il arrive que cette structure soit un peu modifiée pour faire place à de l’interrévision ou à une révision effectuée par des avocats non spécialisés en traduction/révision, ou encore que la traduction, mais non la révision, soit impartie intégralement ou partiellement, de façon ponctuelle dans ce dernier cas.

C’est en ce qui a trait au personnel de soutien qu’on note les plus grandes différences. Certains ont des correcteurs d’épreuves qui s’assurent que les corrections demandées ont bien été entrées et qui effectuent un contrôle de la qualité, soit une comparaison des chiffres et des dates ainsi qu’une vérification de la mise en page du texte d’arrivée par rapport au texte de départ. D’autres travaillent avec un coordonnateur, dont le rôle varie selon la personne concernée et la confiance que lui accorde son chef de service. Cette personne fait notamment le lien entre les divers intervenants en leur transmettant les documents et les nouvelles versions de ceux-ci, ainsi que les informations pertinentes. Il arrive qu’une ou plusieurs personnes s’occupent du suivi des factures des pigistes, du classement (pour ceux qui ne fonctionnent pas de façon entièrement numérique) ou des bases de données et mémoires de traduction. Nombre de services accueillent aussi des stagiaires de nos universités. Enfin, bien que de nombreux langagiers soient très à l’aise avec les outils informatiques, nous avons toujours besoin de nos adjoints qui sont, dans bien des cas, des spécialistes en éditique et qui produisent des documents dont la qualité visuelle n’a rien à envier à celle des imprimeurs commerciaux. Que les textes soient dictés ou créés directement à l’écran, il y a toujours un moment où nous faisons appel à leurs multiples talents.

Certains cabinets ont aussi un groupe de traduction « interne ». Ce groupe, parfois rattaché au marketing ou encore au service de traduction, s’occupe notamment des publications du cabinet, de son site Web, des documents de marketing, des présentations, bref de tout ce qui ne relève pas des clients mais qui s’adresse à eux. L’approche adoptée est souvent très différente de celle du service de traduction dit régulier, l’accent étant mis sur la communication avec un « client » et non avec un « investisseur ». Selon les cabinets, ce groupe est parfois formé d’une seule personne, parfois de plusieurs, avec ou sans structure.

Formation et compétences

On me pose souvent la même question : quelle formation doivent-ils avoir ? Je crois que la très grande majorité des traducteurs que j’ai eu l’occasion de côtoyer au cours des dernières décennies avaient une formation en traduction, mais j’en ai connu qui avaient plutôt opté pour la linguistique ou même la philosophie. Pour ce qui est des correcteurs d’épreuves, ils ont en général une formation en littérature, en rédaction ou en traduction. Peu de ces professionnels ont également une formation en droit contrairement aux réviseurs, qui sont des avocats ou des personnes ayant acquis de bonnes connaissances juridiques grâce à leur grande expérience dans le domaine.

Selon les champs de spécialisation des divers cabinets d’avocats, les types de documents à traduire varient. Certains auront plus de contrats, d’autres, plus de prospectus et de documents connexes relevant du domaine des valeurs mobilière. À certains endroits, les organismes de placement collectif occupent une grande partie du temps, alors qu’ailleurs la traduction de documents vers l’anglais est plus fréquente. Mais il demeure que ces documents sont rarement en forme définitive quand commence la traduction. Il m’est déjà arrivé de recevoir une trentaine de versions d’un même document. Il faut donc sans cesse mettre à jour la traduction et reprendre la révision.

Contre le stress, l’entraide

Combien de fois m’a-t-on dit d’attendre d’avoir la dernière version pour entreprendre la traduction d’un document. Malheureusement, lorsqu’il s’agit de documents en valeurs mobilières, les délais que nous impose la réglementation ne nous laissent pas ce loisir, que dis-je, ce luxe ! Nous devons être en mesure de déposer simultanément auprès des autorités de réglementation les versions française et anglaise de documents comportant de l’information arrêtée à la date du dépôt. C’est ce qui explique les longues heures, parfois nocturnes, qui précèdent la fin d’un dossier. Et c’est aussi dans ces cas-là que l’on constate l’importance d’une bonne structure, les équipes devant être en mesure se relayer de façon transparente pour éviter l’épuisement.

La vie au sein des services de traduction de cabinets d’avocats est marquée par l’absence de prévisibilité. Nos clients, en général les avocats du cabinet, nous donnent certes des échéances, mais elles ont très souvent tendance à être mobiles, et rarement en notre faveur. Si le travail a trait au domaine des valeurs mobilières, les courtiers ou les clients de nos donneurs d’ouvrage dictent l’échéancier, sans égard à la longueur ou à la complexité du document, la traduction étant perçue comme un mal nécessaire.

Si certains traducteurs peuvent se permettre de traiter quotidiennement entre 1 500 et 2 000 mots, en période très occupée, nos traducteurs et nos pigistes doivent souvent traduire jusqu’à 5 000 mots par jour, 6 ou 7 jours par semaine. Nos textes ont bien sûr une teneur juridique, mais ils portent sur des domaines aussi variés que les mines, le pétrole, le gaz, la biotechnologie, l’équipement lourd, les produits pharmaceutiques, les banques, les assurances, pour n’en citer que quelques-uns. La stimulation intellectuelle est toujours au rendez-vous.

Après tout ceci, on peut se demander si l’amour de la langue et la fierté du travail accompli justifient les efforts demandés. En règle générale, il règne au sein de ces services de traduction un esprit d’équipe, une entraide, une collégialité qui ignorent la structure et la hiérarchie et qui font que même les longues soirées passées au bureau peuvent être amusantes, voire agréables. Ces heures nous permettent de mieux connaître nos collègues, de tisser des liens d’amitié qui transcendent les années et les changements d’employeurs. À ce jour, je ne peux entendre « I Feel Good » sans penser à une certaine soirée où, entre deux versions d’un prospectus, une collègue et amie nous faisait sa version du succès de James Brown en espérant nous convaincre qu’à trois heures du matin nous étions en pleine forme. Je semble relater des faits d’armes, mais ce sont plutôt dans mon esprit des souvenirs qui me sont chers.

Quand on travaille aussi intensément avec les mêmes personnes, jour après jour, des liens très serrés se créent et c’est pour ça qu’on continue, avec ou sans structure.


Hélène Barette, avocate, est directrice des Services linguistiques du cabinet d’avocats Blakes.

Langue juridique et lisibilité

Dossier-4-Photo-FernbachLire un document juridique relève parfois du parcours du combattant. Nous avons tous relu plusieurs fois la même phrase d’un contrat ou autre document du genre pour être bien sûr de comprendre, parfois sans y réussir. D’où le mouvement pour un langage juridique clair que l’on constate notamment dans les domaines de l’assurance et des valeurs mobilières. Nicole Fernbach, en quelque sorte porte-étendard de ce mouvement au Québec, a accepté d’éclairer notre lanterne… en langage clair ! Entretien.

 

Circuit : En quoi l’engouement récent pour le français juridique clair est-il intéressant pour le traducteur juridique ?

Nicole Fernbach : L’influence grandissante du plain language movement pose des problèmes pour les traductions en général, et surtout pour les traductions officielles. Le droit doit être lisible dans les textes originaux aussi bien que dans les traductions, et ce, en droit civil et en common law. Par conséquent, dès lors que le rédacteur juridique se voit contraint de s’adapter à son lecteur, le traducteur se voit confier un mandat équivalent. Les trois éléments droit-langue-lisibilité sont donc  indissociables.

C. : Que voulez-vous dire par plain language movement ?

N. F. : Il convient de distinguer le plain English de ce qui est devenu, au cours des vingt dernières années, le plain language et le plain legal language. Le plain English trouve ses racines dans l’histoire de l’Angleterre, qui a connu de nombreuses influences étrangères dans son système juridique même. La langue des élites, imprégnée de latin, de français et d’allemand, y était souvent incompréhensible pour le peuple qui s’exprimait en langage de tous les jours, soit la langue courante.

De la simple expression d’une difficulté à s’exprimer est né, vers les années 1960, un mouvement social en faveur du « droit de comprendre ». Il a ensuite été relayé par des juristes et dans d’autres langues que l’anglais, d’où la bannière du plain legal language. Cette évolution s’est rapidement accélérée, jusqu’à gagner d’abord le Commonwealth et les États-Unis, puis plus récemment le reste du monde, à des degrés divers.

Les défenseurs du plain language prônent un style de communication efficace où l’auteur vise à se faire comprendre de son lecteur cible. S’appuyant sur des tests et des indices de lisibilité, ils invoquent des études et expériences de linguistes, comme Rudolph Flesch et Robert Gunning. Pour la langue française, citons la contribution de François Richaudeau.

C. : Pourquoi cette prise de conscience est-elle venue de la culture anglo-saxonne ?

N. F. : L’anglais juridique est plus éloigné de la langue et de l’usage courants que le français juridique. On y trouve pas mal de latin, des archaïsmes, ainsi que des emprunts, surtout au français, qui, bien que lexicalisés, ont perdu leur pouvoir évocateur pour comprendre et faire comprendre le droit.

De plus, la lutte contre le jargon juridique a été renforcée par le pragmatisme des juges et des légistes qui ont accepté de remettre en question leur utilisation du langage. Dans les années 1970, et par la suite, le plain legal language est devenu une norme, tant législative aux États-Unis, que professionnelle, dans les écoles du barreau. (Notons qu’en Belgique, ce sont aussi des magistrats qui ont donné l’exemple en réfléchissant à la simplification des jugements.)

Autre facteur : le mouvement de défense des consommateurs, aux États-Unis et en Angleterre, a joué un rôle moteur dans la simplification des documents des banques et des compagnies d’assurance.

Enfin, la tradition de méfiance envers l’élite et ses formes d’expression, par exemple dans les mouvements d’activisme social (grassroot), a joué en faveur de l’accès à l’information et de l’alphabétisation.

Deux grandes associations regroupent, au niveau mondial, les initiatives en matière de langage clair : Clarity qui se consacre surtout à l’expression du droit et PLAIN, de plus large portée et axée sur la communication claire.

Se mettre à niveau 

C. : Selon vous, quel est l’enjeu principal de l’utilisation du langage clair pour les juristes ?

N. F. : Il s’agit, pour les juristes, de se mettre à niveau, car le langage du droit, tant législatif que judiciaire, notarial ou administratif, fait l’objet d’une simplification et d’une normalisation selon ce nouveau critère. Certains pays francophones, comme la Belgique, n’ont pas hésité à favoriser une réflexion sur leurs communications officielles et leurs documents juridiques. La Belgique est un précurseur, car depuis près de 25 ans, elle est le lieu d’initiatives dans le domaine législatif, judiciaire et administratif. Le Canada a commencé à produire des documents de normalisation juridique et administrative au début des années 1990. En France, la modernisation du langage judiciaire (contre le latin et les archaïsmes) avait fait l’objet d’un arrêté ministériel dans les années 1970 et, en 2002, des travaux plus conséquents ont été publiés par le Comité d'Orientation pour la Simplification du Langage Administratif (COSLA) dont la mission a ensuite été dévolue à la Délégation aux usagers et aux simplifications administratives (DUSA). Au Québec et au Canada, les secteurs public (ministères du Revenu fédéral et du Québec et Régie des rentes du Québec) et privé (bancaire, juridique ou commercial) ont développé la recherche et la formation en français clair dès la fin des années 1990. L’enjeu, à l’ère du numérique, ce sont les normes de rédaction. Que le français juridique soit une langue de traduction ou de rédaction, il faudrait réfléchir de façon globale à un code de jurilinguistique faisant une place à la lisibilité et écartant le jargon et le laisser-aller anglicisé.

C. : Que répondez-vous aux juristes sceptiques qui critiquent le manque de rigueur et de précision des textes rédigés en langage clair ?

N. F. : Un texte simple n’est pas nécessairement dénué de rigueur ni de précision. C’est à son auteur d’écrire de façon rigoureuse et précise, tout en restant simple et facile à comprendre. Le langage n’est qu’un instrument. Il faut accepter de se remettre en question et évaluer les formules figées et les clauses passe-partout à l’aune de l’efficacité. Il faut en arriver à un consensus sur une façon d’être clair et efficace, tout en maintenant la sécurité juridique.

La notion de langage clair est mal diffusée, et les critiques s’en prennent à certains aspects réducteurs sans tenir compte des nuances. Par exemple, on prend au pied de la lettre les indices mathématiques de lisibilité, et ce, pour en montrer le ridicule. Il est sûr que, logiquement, il devrait être facile d’expliquer ce qu’est le langage clair. Mais tel n’est pas le cas. On doit prendre la peine de sortir de sa matière et voir le droit dans son contexte d’expression. Le désossage de la langue juridique est un travail ardu, pluridisciplinaire, et les indices de lisibilité ne sont qu’un point de référence, et non l’essentiel de la norme.

Apprendre à collaborer 

C. : Le langage clair est au confluent du droit, de la linguistique, de la communication et même parfois du graphisme ! Comment rassembler ou acquérir au mieux toutes ces compétences ?

N. F. : La matière transversale dont nous parlons ici n’est pas enseignée comme telle à l’heure actuelle, ni en anglais ni en français. Ce serait un travail d’équipe, à l’école et dans la pratique. Il faudrait apprendre à collaborer avec tous les intervenants, notamment avec les informaticiens dont le rôle est essentiel pour la présentation des données en ligne. Je vais prendre un exemple, celui de la définition en droit. La notion de définition doit d’abord être étudiée en français et en droit français. Puis, il faut voir en quoi cela diffère de la même notion en common law, car l’influence du droit anglais est prépondérante dans un contexte mondialisé. Enfin, on normalise la forme de la définition et son opportunité. Le fait même de se demander si la définition est nécessaire dans la loi ou dans le contrat pose le problème de la logique de communication : va-t-on redéfinir ce qui est déjà dans le dictionnaire ? Comment doit-on écrire une définition ? Comment la présenter pour qu’elle soit lisible sur papier ? à l’écran ? Où la placer ? Faire un glossaire ?

C’est le genre de questions à étudier de façon formelle et pluridisciplinaire. En traduction juridique, on pourrait apprendre les normes du langage clair pour les textes juridiques, judiciaires ou législatifs. Tout ce curriculum reste à définir, et il existe actuellement des programmes en cours de préparation à l’échelle européenne pour y arriver. IC Clear et Clarity préparent un congrès en Belgique sur le sujet pour novembre 2014.

Enseigner la communication claire 

C. : Ne faudrait-il pas systématiser l’enseignement du langage clair au cours de la formation des traducteurs juridiques ?

N. F. : Il faudrait que les cours de traduction juridique intègrent les aspects de la communication claire qui touchent aux textes juridiques. Le traducteur devrait se familiariser avec les versions avant-après qui ont été traitées selon les normes de la lisibilité. Le traducteur apprendrait alors à repérer les techniques de rédaction ayant été utilisées et qu’il devrait appliquer dans sa traduction. 

C. : Les techniques du langage clair peuvent-elles être appliquées à tous les textes juridiques ?

N. F. : Il existe des degrés variables de malléabilité dans les écrits juridiques, selon leur portée et leur mode d’élaboration. On va du plus rigide, comme la loi, vers le moins rigide, comme la doctrine, en passant par les textes judiciaires, notariaux et procéduraux, et administratifs. Il s’agit de produire des textes adaptés au destinataire. Pour le traducteur, l’essentiel est de connaître et de reconnaître les possibilités et les contraintes qui caractérisent le texte de départ et le texte d’arrivée. Si le rédacteur a pris la peine d’aménager le texte pour être compris de son lecteur, le traducteur doit savoir adapter son style pour au moins garder le même niveau de clarté et de simplicité que l’original.    

C. : Quel conseil primordial donneriez-vous au traducteur juridique avant qu’il commence à traduire ?

N. F. : L’essentiel, c’est de pouvoir détecter les marques du langage clair et de veiller à ne pas trahir la mission de l’auteur. Certains documents sont le fruit d’une réécriture complète en anglais ou en français, par rapport au style traditionnel. Prenons l’exemple de polices d’assurance qui au Québec ont été récrites en langage clair, puis traduites en anglais clair. La difficulté pour le traducteur tient au fait que le fond et la forme ont fait l’objet de négociations serrées sur le sens, certes, mais aussi sur la structuration des idées et leur simplicité d’expression. Des conseils pratiques : connaître son sujet, recenser le vocabulaire technique exact, distinguer les tournures et les termes courants des tournures et termes plus hermétiques, viser la simplicité, la précision, la concision, la logique et une cohérence avec ce qui existe déjà. Bref, penser au lecteur et à l’utilisation qui sera faite du texte.

 

Nicole-Marie Fernbach est fondatrice et propriétaire de l'agence de traduction Juricom. Auteure d’articles et d’un ouvrage intitulé La lisibilité dans la rédaction juridique au Québec (1990), elle a aussi fondé le Centre International de Lisibilité à Montréal. Elle est également la représentante du réseau anglais Clarity au Canada.


Partage :