Imprimer
Partage :

Qu’en est-il de la fiabilité des ressources en ligne ?

Tous les jours, les langagières et les langagiers s’interrogent sur la fiabilité des ressources électroniques qu’ils consultent dans la Toile mondiale. Des questions récurrentes sur la crédibilité de ce qu’ils lisent les hantent et font surgir de telles craintes que plusieurs se refusent
à utiliser toute source en ligne, du moins officiellement…

Devant ce fait, Circuit a pensé présenter à son lectorat un dossier traitant de ce sujet épineux. Et épineux, il l’est ! En effet, nombre d’experts refusent de se prononcer en public sur les ressources en ligne. Nous pouvons presque distinguer un tabou se cachant derrière une telle discrétion. Avons-nous quelques appréhensions à affirmer que Wikipédia est une source que nous consultons de temps en temps, voire souvent ? Craignons-nous de dévoiler que nous employons Google pour vérifier la fréquence d’utilisation d’un mot, d’un terme ? Avons-nous peur que cette information porte atteinte à notre réputation ?

Pourtant, des langagières et des langagiers compétents ont pris la décision de nous révéler les résultats de leurs réflexions, de nous relater leur expérience, de nous enrichir de leur sagesse. Ainsi, Geneviève Has, qui a copiloté le présent dossier, raconte l’histoire d’Internet et de la Toile sous l’angle des sources en ligne. Pour sa part, Marjan Alipour présente les qualités d’un bon dictionnaire électronique de langue française, présentation qu’elle étaie de deux exemples fort pertinents. Elisabeth Marshman, quant à elle, propose des stratégies d’évaluation détaillées ainsi qu’une mine de ressources lexicales et terminologiques de langue anglaise. Ensuite, Catherine Landreville nous fait découvrir une partie peu connue de la Toile mondiale : les sites essentiels aux gestionnaires de projets. De son côté, tout en donnant plusieurs références, Grant Hamilton divulgue ses pensées sur les différences linguistico-culturelles qui existent entre l’anglais et le français relatives aux sources en ligne. François Lavallée continue l’introspection professionnelle en énonçant deux principes inusités pour finir par remettre « en question le besoin même de fiabilité ». Enfin, François Hébert retourne la question et nous entretient du pourquoi et du comment créer un site fiable dans la Toile.

Au nom du comité de rédaction de Circuit, je vous souhaite une lecture passionnante et enrichissante.

Philippe Caignon, term. a., trad. a.

Partage :