Imprimer
Partage :

Translate5 : un environnement d’aide à la traduction à code source ouvert

Développement collaboratif, financement participatif, communauté… le domaine de la traduction n’échappe pas à ces tendances. Translate5 est l’illustration de ce phénomène.

Par Stéphan Gervais, traducteur agréé

Translate5 est un système d’aide à la traduction à code source ouvert qui en est déjà à sa deuxième phase de financement participatif. Le développement de cette plateforme Web est réalisé indépendamment de tout cabinet de traduction. Elle s’enrichit au fur et à mesure que de nouvelles entreprises s’ajoutent à sa communauté grandissante. En effet, elle résulte du travail de programmation d’un réseau formé d’utilisateurs, de programmeurs, d’entreprises de traduction, de fournisseurs de moteurs de traduction automatique et de système de gestion des travaux de traduction.

Sa mission

Le but de la plateforme translate5 est de donner aux entreprises de traduction, aux traducteurs autonomes et aux chercheurs en traduction automatique tout le contrôle qu’ils souhaitent sur le logiciel qu’ils utilisent. Puisque la communauté elle-même programme les nouvelles fonctions, elle fait donc en sorte que l’outil demeure pertinent en tout temps puisqu’elle l’adapte en fonction de ses besoins en évolution. Il s’agit d’une application conçue par des traducteurs pour des traducteurs.

Son utilisation

Au moment d’écrire ces lignes, translate5 offre aux utilisateurs des fonctions standard similaires à celles d’autres logiciels d’aide à la traduction : grille de traduction et modules d’assurance de la qualité, de gestion de la terminologie, de postédition de traductions automatiques, de gestion des utilisateurs et de gestion de la sécurité. S’ajoutent à cela un module de gestion des projets de traduction et de flux des travaux ainsi qu’un module de gestion des tâches attribuées à un même utilisateur. Pour l’instant, l’interface n’est offerte qu’en anglais et en allemand.

Grille de traduction

La grille de traduction offre la possibilité de filtrer et de trier les segments selon les besoins. Elle peut se composer d’un seul document, de quelques documents sélectionnés ou de tous les documents d’un projet. Cette grille fonctionne comme la plupart des outils d’aide à la traduction du type Studio ou memoQ : même apparence (texte segmenté), même fonctionnement (combinaison de touches pour enregistrer des segments). Fait intéressant, toutefois : le système est doté d’une fonction de masquage des balises qui permet une relecture exempte d’éléments distrayants. En effet, il est possible de masquer toutes les balises présentes dans un texte au moment de la relecture, un grand soulagement pour celles et ceux qui doivent le plus souvent effectuer la laborieuse révision de textes produits par des outils moins flexibles d’aide à la traduction.

Module de gestion de la qualité

Translate5 a été pensé et développé avec la révision en tête. Le module de gestion de la qualité en constitue donc l’élément le plus important. Les outils de marquage de la traduction permettent d’ajouter automatiquement des balises pour aider le réviseur à cibler des passages problématiques : terminologie erronée, phrase mal construite, mauvaise traduction, etc. Toutefois, comme c’est le cas pour les correcteurs orthographiques, on note plusieurs « faux positifs ». L’utilisateur doit donc faire appel à son jugement.

Interopérabilité

Translate5 permet d’importer des projets Trados Studio en format SDLXLIFF et de réexporter le projet une fois qu’il est terminé. Lors de l’exportation, les changements apportés par le réviseur sont affichés en mode de suivi des modifications (un peu comme dans Word). Le format CSV est aussi pris en charge.

Sécurité et translate5

Malgré les avantages que présente la plateforme, une question de taille demeure au sujet de Translate5 : est-elle sécuritaire? Il ne faut pas oublier que c’est une application Web et que les textes que nous confient nos clients sont confidentiels. Par ailleurs, les concepteurs assurent que puisqu’il s’agit d’une application à code source ouvert, il serait difficile d’y cacher du code malveillant puisque le tout peut être consulté par qui le souhaite. Cette explication est-elle rassurante? Chacun jugera selon sa propre situation.


Partage :