Imprimer
Partage :

Congrès annuel 2022 de l’OTTIAQ

Par Sébastien St-François, traducteur agréé, responsable du comité du programme du congrès

L’Ordre tiendra son prochain congrès le vendredi 14 octobre au Palais des congrès de Montréal. Le congrès 2022, année qui marque le 30e anniversaire de l’OTTIAQ, aura pour thème Les professions langagières au cœur des mutations sociétales.

Nos sociétés se transforment de façon fulgurante. Cette transformation émane notamment de phénomènes soutenus comme l’immigration et de l’éveil face à différentes réalités, par exemple celle des Autochtones ou celle des personnes qui ne s’identifient ni au féminin ni au masculin. Ces changements sociaux se traduisent en retour par une évolution fascinante de la langue. La diversification des expressions de genre, par exemple, a rapidement fait passer le besoin de rédaction épicène à celui d’écriture inclusive.

Parfois réfractaires devant les changements linguistiques, traditionalistes à l’occasion, certaines personnes préfèrent la neutralité et évitent les débats et discussions sur cette évolution pourtant vitale pour la langue. Or, ces débats font appel au rôle social essentiel que les langagiers doivent jouer, au juste équilibre entre encourager l’utilisation de néologismes qui étonnent, prôner la neutralité à leur endroit ou, au contraire, freiner autant que faire se peut leur propagation.

Dans un autre ordre d’idées, l’évolution rapide des outils numériques force tout le monde à s’adapter continuellement à des environnements changeants et à de nouvelles fonctionnalités. Et il est à se demander si des connaissances informatiques plus poussées deviendront bientôt indispensables pour exercer nos professions. Mais le changement peut aussi ouvrir la porte à de nouvelles occasions. Quels seront les besoins auxquels nous pourront répondre et quels seront nos nouveaux rôles dans l’exercice de nos professions? C’est le rôle même des langagiers qui est en mutation. Les services de traduction automatique et de traduction machine empiètent justement sur ce rôle et répondent en partie à des besoins de traduction auxquels les langagiers répondaient jusqu’alors. L’enjeu pour nous serait donc de reprendre prise sur des méthodes, des technologies et des changements qui nous échappent en partie.

Par ailleurs, les mutations que connaissent nos sociétés soulèvent des enjeux éthiques ainsi que des enjeux de conscience sociale et environnementale. Quelle attitude professionnelle devons-nous adopter à l’égard de contenus erronés ou non vérifiés et de propos propagandistes qui sont de nos jours légion? La menace de désinformation guette continuellement tous les protagonistes en communication, nous y compris. Précisons que les langagiers traitent de l’information et doivent par le fait même valider ladite information auprès de leur client en cas de doute ou y effectuer des corrections, le cas échéant, avec l’accord exprès du client. Cela prend du temps et l’accélération des flux de travail n’est donc pas toujours facilitante dans cette tâche puisque le principal avantage des outils technologiques est l’augmentation de la productivité (à qualité égale, rapidité accrue). Et l’accélération de la productivité n’est pas non plus sans provoquer des risques pour la gestion des traductions et des contenus.

Face à ces nombreuses mutations, nous pourrions perdre certains repères, et c’est grâce à notre professionnalisme que nous pourrons néanmoins tirer notre épingle du jeu. En effet, nous savons que nous devons maintenir nos connaissances et nos compétences à jour et nous comprenons bien les enjeux et les défis que les mutations sociétales nous imposent en matière d’éthique et de déontologie. Bien que nous ne soyons pas les seuls à infléchir sur la langue, nous avons certes une longueur d’avance en matière des services linguistiques qui sont directement concernés par l’évolution du rôle des langagiers.

C’est avec grand plaisir que les membres du comité du programme ainsi que de la permanence de l’Ordre vous retrouveront au congrès le 14 octobre 2022!






Partage :