La campagne ensoleillée de l’OTTIAQ

Par Silvana Nahman, traductrice agréée (OTTIAQ), rédactrice agréée (SQRP), spécialiste en communication écrite

« Libérez vos mots », « Faites voyager vos idées », « Faites résonner vos paroles ». C’est avec ces trois appels à l’action parés d’un habillage ludique aux couleurs éclatantes que l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) a lancé en septembre la deuxième phase de sa campagne d’affichage auprès de la communauté des affaires.

En 2016, la première phase avait marqué les esprits. Innovateur, l’Ordre avait misé pour la première fois sur des slogans accrocheurs – « Ça se traduit en productivité », « Ça se traduit en bénéfices », « Ça se traduit en résultats », « Ça se traduit en confiance » –, une signature simplifiée – « Traducteurs agréés du Québec » – et une stratégie d’affichage très dense au cœur du quartier des affaires de Montréal. Cette combinaison gagnante avait permis à l’OTTIAQ d’obtenir une grande visibilité, notamment dans les médias, malgré un budget ne représentant qu’une goutte d’eau dans l’océan des dépenses publicitaires au Québec.

L’Ordre n’allait évidemment pas s’arrêter en si bon chemin. Le rayonnement de la première campagne se devait d’être consolidé par une seconde phase tout aussi éloquente pour continuer à bâtir la notoriété et la réputation des professions de l’OTTIAQ. Il fallait en outre inciter les clients potentiels à faire appel aux membres de l’Ordre et les aider à trouver facilement ces professionnels reconnus.

Le groupe de travail chargé de la campagne a donc refait équipe avec l’agence Réservoir pour piloter la deuxième phase de cette offensive, qui s’est déployée en deux volets. Le premier, une campagne de référencement payant, a été amorcé en mars dernier et vise à mettre l’Ordre bien en évidence sur les pages de résultats des moteurs de recherche. Ainsi, des publicités ciblées associées à des mots clés que les internautes sont susceptibles de saisir pour trouver un traducteur, un terminologue ou un interprète ont pour but d’augmenter le trafic sur le site Web de l’Ordre et, notamment, de diriger les visiteurs vers le répertoire des membres. La campagne se poursuit jusqu’en décembre sur tout le territoire du Québec.

Le second volet de cette phase II mise à nouveau sur une campagne d’affichage, mais se déploie au-delà du centre-ville. Outre une présence notable dans le quartier des affaires au cœur de Montréal – de nombreuses affiches numériques dans les abribus –, des panneaux grand format statiques et numériques s’étalent cette fois dans des lieux de passage très achalandés, notamment aux abords nord et sud de la ville – à proximité d’autres centres reconnus pour leur grande densité d’entreprises – ainsi que dans la ville de Québec. Les slogans dynamiques des annonces invitent les organisations à faire tomber les barrières et à accroître le rayonnement de leurs messages grâce aux services des membres de l’OTTIAQ.

Les professionnels chevronnés que chapeaute l’Ordre sont habituellement des travailleurs discrets. En fait, plus leur travail est de qualité, plus il passe inaperçu aux yeux de l’utilisateur final… Avec cette campagne qui sort des sentiers battus, l’OTTIAQ démontre encore une fois son leadership et braque les projecteurs sur le travail des traducteurs, des terminologues et des interprètes agréés du Québec.

1 Réal Paquette, traducteur agréé, président du conseil d’administration de l’OTTIAQ, spécialiste en adaptation publicitaire; Diane Cousineau, traductrice agréée, présidente-directrice générale de l’OTTIAQ, Silvana Nahman, traductrice agréée, rédactrice agréée, spécialiste en communication écrite; Claude Dutil, administrateur nommé, publicitaire à la retraite