Imprimer
Partage :

La protection du public au centre de la planification stratégique et des actions de l’OTTIAQ en 2017-2020

Par Anne-Marie Mesa, traductrice agréée

Renforcer la protection du public en favorisant l’essor de l’Ordre, en consolidant son empreinte sociale et en rehaussant l’encadrement professionnel, tel est l’objectif que s’est fixé l’OTTIAQ dans son plan stratégique 2017-2020. Pour ce faire, il a retenu trois axes d’intervention.

Axe 1 — Essor de l’Ordre : augmenter les effectifs

L’objectif de l’OTTIAQ est d’augmenter ses effectifs en intervenant auprès de différents publics, notamment auprès des finissants de divers programmes universitaires reconnus, des professionnels issus de l’immigration et des praticiens non membres qui constituent une partie de la relève. À cette fin, l’Ordre consacrera des ressources au recrutement et s’efforcera de mieux expliquer le processus d’admission.

Il adaptera notamment ses communications aux personnes des générations Y1 et C2 afin de susciter leur intérêt. De plus, l’Ordre a décidé de former un comité des jeunes de moins de 35 ans qui relèvera directement du conseil d’administration. Il sera minimalement composé d’un étudiant inscrit par université qui offre un programme menant à un diplôme reconnu par l’Ordre ainsi que d’un traducteur, d’un terminologue et d’un interprète ayant moins de cinq ans de pratique et appartenant à chaque région électorale. Le comité aura pour mandat de conseiller le conseil d’administration sur les besoins et les attentes des jeunes membres et de rajeunir l’image de l’Ordre. La relève a donc sa place au sein de l’OTTIAQ.

L’Ordre consacrera aussi des efforts à la rétention des membres à la retraite qui pourraient mettre à profit leur vaste expérience, notamment en participant au programme de mentorat et à divers comités actifs au sein de l’Ordre.

De plus, l’Ordre vise l’obtention d’activités réservées en traduction. Il espère que cela contribuera à mieux protéger le public, à positionner favorablement ses membres face aux autres professionnels et à attirer de nouveaux membres.

Axe 2 — Empreinte sociale : consolider sa présence sur la scène publique

L’Ordre veut être LA référence incontournable en matière de langues. Le dernier plan stratégique était axé sur l’augmentation de la visibilité de l’Ordre, notamment grâce à sa campagne publicitaire dont la première phase s’est déroulée au printemps 2016; la deuxième étant prévue à l’automne 2017. Les projets amorcés dans la foulée du dernier plan stratégique se poursuivront. L’Ordre profitera des nouvelles occasions qui se présenteront pour prendre position publiquement.

C’est par la pertinence et la qualité de l’information que l’Ordre diffusera qu’il pourra le mieux renforcer sa crédibilité, favoriser la reconnaissance de ses membres et la connaissance des professions langagières et, par conséquent, assurer la protection du public.

Les terminologues et les interprètes ne seront pas oubliés puisque l’Ordre fera valoir l’apport des premiers à l’évolution des langues de spécialité et celui des deuxièmes à l’ouverture sur le monde et à l’intégration à la société québécoise.

Axe 3 — Encadrement professionnel : actualiser les mécanismes d’encadrement

L’Ordre veut prendre acte de l’évolution de ses trois professions et du système professionnel. Il poursuivra sa réflexion sur la formation continue et la mise en place d’un programme d’inspection professionnelle plus proactif.

Il évaluera les investissements nécessaires sur le plan des ressources humaines, technologiques et financières pour s’assurer de mettre en place des mesures transparentes de traitement des plaintes et de suivi des contrevenants.

L’encadrement de l’interprétation en milieu social et la réserve d’activités font notamment partie des actions prévues afin de mieux protéger le public. L’Ordre compte poursuivre ses efforts auprès de l’Office des professions du Québec et faire valoir les avantages de faire affaire avec un traducteur, un terminologue ou un interprète agréé auprès des autres ordres professionnels.

 

1. La génération Y regroupe des personnes nées approximativement entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1990. https://fr.wikipedia.org/wiki/Génération_Y

2. La génération C désigne, selon le Centre francophone d’informatisation des organisations (CEFRIO), l’ensemble des personnes nées entre 1984 et 1996. Elle se caractérise par le fait qu’elle a grandi avec les technologies de l’information et Internet, dont elle se sert pour communiquer, collaborer et créer. https://fr.wikipedia.org/wiki/Génération_C


Partage :