Imprimer
Partage :

L’éthique professionnelle des interprètes

Par Caroline Mangerel, traductrice agréée

Le 19 juillet 2018, l’Association internationale des interprètes de conférence (AIIC) a publié sur son site Web une mise au point au sujet du secret professionnel auquel sont tenus ses membres.

En effet, certaines personnes auraient suggéré que l’interprète présent à la réunion du 16 juillet entre les présidents russe et américain soit appelé à témoigner de la teneur de la conversation des deux chefs d’État. C’est à cette rumeur que répond l’AIIC, par l’entremise d’un communiqué signé par les membres de son Comité exécutif, en rappelant le devoir de confidentialité des interprètes. Elle cite à cet effet le Code d’éthique professionnelle des interprètes, en vigueur depuis les procès de Nuremberg.

Nous en profitons pour signaler les deux publications de cette organisation. D’une part, dans un blogue mensuel, l’AIIC fait paraître des textes en français et en anglais sur des questions très diverses : aspects historiques du métier d’interprète, considérations techniques sur le matériel de cabine, portraits d’interprètes, questions de pédagogie et de relations avec les clients. En outre, tous les six mois, elle publie Communicate!, magazine en ligne thématique, lui aussi en français et en anglais. Le dernier numéro en date (no 72, mai 2018) est intitulé « Professionalization or...? ». Certains textes que diffuse ce magazine se retrouvent également dans le blogue. Pour faciliter les choses, le site propose un moteur de recherche, au demeurant très efficace, qui permet une exploration par mots-clés ou tags.

Numéros thématiques

Cadernos de tradução est une revue brésilienne, publiée par l’Universidade federale de Santa Catarina. Elle propose des articles de fond, inédits et traduits, des comptes-rendus d’ouvrages traitant de traduction et des recensions d’œuvres traduites. On y trouve en outre des entretiens avec des traducteurs, des chercheurs en traductologie ainsi que des décideurs et intervenants du domaine. Elle cible un public international de traducteurs, d’écrivains, d’étudiants de tous les cycles et de chercheurs en traduction ou en traductologie, ou encore dans des disciplines connexes.

Cadernos de tradução publie trois ou quatre numéros par an, dont un numéro thématique. Le plus récent porte sur l’exil dans un vaste éventail de perspectives : écriture et traduction en situation d’exil, poétique de l’exil, identité et marges. Les textes sont en portugais, en français, en espagnol, en anglais et en allemand.

Cadernos de tradução, vol. 38, no 1 (2018) : Edição regular temática: Translation in exile

Dans un ordre d’idée voisin, la revue Cadernos de literatura em tradução publie des traductions littéraires du portugais ou vers cette langue. Elle est également basée dans une université brésilienne, celle de São Paulo.

Son dernier numéro, intitulé « Os Russos estão chegando » (Les Russes arrivent), déploie une couverture éloquemment illustrée de l’œuvre « Stalin as ‘David’ »  de Leonid Sokov. Il est entièrement consacré à la Russie et à la langue russe, en écriture comme en traduction. Les nombreux articles qu’il présente sont regroupés en trois catégories historiques : l’ère post-soviétique, la période soviétique et la révolution, et la Russie impériale. On y trouve des sujets aussi diversifiés que les traductions directes et indirectes de Crime et châtiment; les villes de Moscou et de Saint-Pétersbourg en traduction; des perspectives nouvelles sur Le crime de l’Orient-Express, la révolution de 1917 et le réalisme russe.

Cadernos de literatura em tradução, no 20 (2018) : Especial ‘Os Russos estão chegando’.

Ces deux revues font partie du Public Knowledge Project (PKP), dans le cadre duquel est développée une plateforme qui permet l’accès libre aux articles scientifiques.

 

 


Partage :