ottiaq-152
Édito

La langue française se conjugue au pluriel

Par Philippe Caignon, terminologue agréé et traducteur agréé

Comme toute langue internationale parlée dans de nombreux pays et territoires, le français bénéficie d’une richesse lexicographique, sémantique et syntaxique unique témoignant de son évolution millénaire prenant place dans plusieurs continents.

Poursuivre

Au temps pour moi


Le bleu des pervenches a disparu discrètement tandis que s’amorçait la courte vie des trolles jaunes. Ce sont ensuite les corolles ondulées de crème des iris qui se sont ouvertes. Puis les épis roses des astilbes ont bruni pour laisser galamment briller l’hydrangée blanche avant que les roses n’éparpillent leurs pétales à mon passage sous la tonnelle en direction des framboisiers ourlés de rouge que je dispute aux oiseaux. L’orange des capucines s’harmonise avec le jaune des fleurs de concombres. Ainsi s’étalent, sous mes fenêtres, les couleurs du temps qui passe. Bientôt l’hiver, puis bientôt le printemps, et bientôt mes cheveux blancs.

Le temps court à grandes enjambées. Même sur les horloges anglaises où on le force pourtant à marcher sur les mains. Il fuit et c’est normal : nombreux sont ceux qui cherchent à le tuer.

Je ne m’entends pas bien avec le temps, pas plus qu’avec les chiffres, sans doute parce l’un ne va pas sans l’autre. Combinez le tout avec une langue étrangère et c’est catastrophique.

Ainsi, je déconcentre les guichetiers des gares en traçant dans le vide, à la hauteur de nos nez respectifs, les heures et les numéros de trains qui m’arrivent hachurés par l’hygiaphone. En allemand, je commence prudemment sous le nez du client à ma droite pour avoir toute la place voulue parce que les unités viennent avant les dizaines.

La contrepartie de l’exercice, c’est quand on m’interpelle pour me demander l’heure et que c’est à moi de réunir tout le matériel. J’ai donc mis au point quelques stratagèmes.

Même en anglais, les chiffres ne m’arrivent toujours pas aisément malgré de nombreuses années de fréquentation. Alors, si je croise quelque touriste anglophone soucieux du temps, je cache ma montre dans ma manche et présente mes regrets en hiver, tandis qu’en été je brandis l’instrument en libre-service sous les yeux du demandeur. Je suis même prête à m’infliger une clé de bras pour lui faciliter la lecture.

Même chose dans les pays germaniques, que l’on dit assez pointilleux sur l’horaire. Je n’arriverais pas à dire assez vite au travailleur pressé qui me demanderait l’heure à la volée, à 14 h 35, qu’il est fünf nach halb drei soit cinq après la demie de trois.

En Italie, il paraît assez normal de prendre quelque liberté avec l’horaire; aussi, bien que le système soit assez semblable au nôtre, j’arrondis et je réponds toujours l’heure juste ou la demie.

Au Portugal, par contre, c’est l’heure juste qui me pose problème. Je donne donc toujours au moins cinq minutes d’avance à mon interlocuteur. J’emploierais la même astuce si nous avions l’heur de nous rencontrer, disons, à six heures moins vingt-six. J’aurais en effet bien du mal à dire en souriant et en chuintant que são vinte e seis para as seis [saon vinti i séiche para ache séiche] soit, littéralement, vingt et six avant les six.

Avec beaucoup de naïveté ou de prétention, je croyais avoir vu toutes les possibilités quand est arrivée la leçon de catalan. Si un jour je vais en Catalogne, j’y apprendrai sans doute beaucoup sur le rapport au temps, qui n’y est pas réduit à sa plus simple expression, temps s’en faut. Il y a bien un mot catalan pour dire « demie », mais il ne sert pas pour exprimer le temps. On dit plutôt « deux quarts ». L’autre particularité, c’est que dès après le premier quart, on peut inverser la perspective et regarder vers l’avenir. Il reste possible de dire, comme en français, qu’il est « deux heures et quart », mais on dira aussi volontiers qu’il est un quart de tres (un quart de trois). Toujours dans le sens des aiguilles de la montre, alors qu’ici il serait 14 h 20, on dira là-bas un quart i cinc de tres (un quart plus cinq avant trois) ; à 14 h 25, il sera donc dos quarts menys cinc de tres, soit « deux quarts moins cinq avant trois » ; et à 14 h 35, « deux quarts plus cinq avant trois » ! J’envisage l’achat d’un téléphone dit intelligent avec appli horloge parlante.

Bon, le temps file et c’est justement le jour de mon cours. Je vous y invite, mais vous devez me rejoindre quand falten cinc minuts per a tres quarts de tres, c’est-à-dire alors que « manquent cinq minutes aux trois quarts avant trois ». Soyez à l’heure !

Dossier

Découvrir les langues françaises
Par Isabelle Veilleux, traductrice agréée, et Valérie Florentin, traductrice agréée

La langue française peut parfois nous sembler exagérément codifiée, balisée, normalisée. Pourtant, au-delà de l’écrit, on constate que le français est multiple, hétérogène, diversifié… bref, vivant. De la Belgique à l’Acadie, en passant par différentes régions de France, Circuit a voulu explorer les diverses expressions du français.

Poursuivre
spacer
Vous traduiriez ça comment, en belge ?
Par Guillaume Deneufbourg et Benjamin Heyden, Belgique

Forte de ses trois langues nationales, de sa situation géographique à la croisée des grandes voies de communication, et de la présence dans sa capitale du siège des institutions européennes et de grandes organisations internationales, la Belgique est un pays « multilingue » par excellence.

Poursuivre
Le bilinguisme et la traduction au Nouveau-Brunswick
Par Mathieu LeBlanc

Quiconque pense au Nouveau-Brunswick pense non seulement à ses plages, mais aussi à son bilinguisme officiel. Et quiconque pense au bilinguisme officiel pense à la traduction.

Poursuivre
Contrer l’insécurité linguistique au Canada francophone
Par Anushka Birju

Bien que l'insécurité linguistique soit très présente en milieu francophone minoritaire au Canada, les artistes de théâtre et les traductrices déploient des efforts importants pour valoriser les variétés locales du français.

Poursuivre
Quand les « québécismes » n’ont rien de spécifiquement québécois : voyage dans la régionalité du français en Europe
Par André Thibault

Le français, comme toutes les langues vivantes, connaît des mots dont l’aire d’emploi ne couvre pas la totalité du territoire. Plusieurs d’entre eux sont d’ailleurs attestés de part et d’autre de l’Atlantique. Tour d’horizon.

Poursuivre
L’importance sociale du dictionnaire en ligne Usito
Par Hélène Cajolet-Laganière

Une première description du français en contexte québécois, canadien et nord-américain

Poursuivre
L’Office québécois de la langue française : la variation et la néologie au profit de la terminologie
Par Xavier Darras, coordonnateur de la production linguistique, Office québécois de la langue française

Depuis plusieurs décennies, l’Office québécois de la langue française contribue à l’établissement d’une norme terminologique au Québec. Soixante ans après la création de cet organisme et plus de quarante ans après l’adoption de la Charte de la langue française, quel bilan peut-on tirer de ces travaux en ce qui a trait à la diversité des formes du français?

Poursuivre